Jour de la marmotte: des prédictions contradictoires

Depuis 1887, les marmottes nommées Phil ont vu... (PHOTO STEPHANIE STRASBURG, REUTERS)

Agrandir

Depuis 1887, les marmottes nommées Phil ont vu leur ombre 102 fois.

PHOTO STEPHANIE STRASBURG, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
NEW YORK

Les marmottes qui traditionnellement aux États-Unis prédisent l'arrivée du printemps n'étaient pas d'accord lundi : celle de Pennsylvanie a annoncé encore six semaines d'hiver, celle de New York a prédit l'arrivée rapide du printemps.

Phil, la marmotte de Punxsutawney (Pennsylvanie), la plus célèbre de toutes, a vu son ombre après avoir été réveillée pour cette tradition annuelle qui date de 1887, a annoncé Bill Deeley, le responsable du club «Punxsutawey Groundhog Club». Conclusion : encore six semaines d'hiver.

À l'inverse, Chuck, la marmotte moins célèbre du zoo de Staten Island à New York n'a pas vu son ombre, ce qui augure d'une arrivée rapide du printemps.

«Chuck, je veux te remercier pour cette bonne nouvelle», lui a déclaré le maire Bill de Blasio, qui présidait à la cérémonie, alors que la ville affrontait lundi neige et pluies verglaçantes.

Cette année, Chuck est restée dans une boîte en plexiglas pour prédire le printemps. L'an dernier, le maire avait en effet laissé tomber la marmotte utilisée, et elle était décédée quelques semaines plus tard.

Une troisième marmotte, Chuckles, de Manchester dans le Connecticut, a elle aussi vu son ombre lundi, laissant augurer d'un hiver encore long.

Entre-temps, au Canada, la marmotte Willie, de l'Ontario, n'a pas vu son ombre lundi matin alors qu'au Québec et en Nouvelle-Écosse, les marmottes Fred et Sam l'ont vue.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer