Sommet africain: Washington invite l'Égypte à la dernière minute

La décision de Barack Obama intervient au moment... (Photo Kevin Lamarque, archives Reuters)

Agrandir

La décision de Barack Obama intervient au moment où l'Égypte est appelée à jouer un plus grand rôle pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas.

Photo Kevin Lamarque, archives Reuters

Agence France-Presse

Les États-Unis ont envoyé une invitation de dernière minute à l'Égypte pour participer à un sommet de dirigeants africains le mois prochain à Washington, après avoir dans un premier temps écarté Le Caire en raison du coup d'État militaire.

Un responsable américain a expliqué que l'Égypte s'était vue finalement invitée, étant donné que ce pays a récemment été de nouveau accepté au sein de l'Union africaine (UA), après un an d'absence.

«Le président (Barack) Obama a invité tous les chefs d'État ou de gouvernement africains en bon terme avec les États-Unis et l'Union africaine à participer au sommet USA-Afrique», a souligné Ned Price, porte-parole du Conseil de sécurité nationale.

«Lorsque les invitations avaient été envoyées la première fois, l'Égypte avait été suspendue de l'Union africaine», a-t-il ajouté.

Le 3 juillet 2013, l'armée égyptienne a destitué le président Mohamed Morsi, un islamiste proche des Frères musulmans, élu un an plus tôt à l'issue de la transition politique après la révolution égyptienne de 2011.

«Avec la réintégration des Égyptiens au sein de l'Union africaine, nous avons pris la décision de les inviter» au sommet, a expliqué le responsable américain.

L'annonce de la Maison-Blanche intervient au moment où l'Égypte est appelée à jouer un plus grand rôle pour tenter d'obtenir un cessez-le-feu entre Israël et le Hamas. Le secrétaire d'État américain John Kerry est pour sa part attendu mardi dans le pays, selon les médias égyptiens.

Des responsables américains ont par ailleurs annoncé lundi que la Guinée-Bissau avait également reçu une invitation de dernière minute au sommet USA-Afrique. Le pays avait de la même façon été réintégré au sein de l'UA, après avoir tenu des élections démocratiques à la suite d'un coup d'État militaire en 2012.

Le sommet États-Unis/Afrique aura lieu du 5 au 6 août à Washington. Une cinquantaine de chefs d'État et de gouvernements africains ont été conviés par Barack Obama qui s'était engagé lors d'un voyage l'année dernière en Afrique du Sud à organiser une telle rencontre. Les dirigeants de l'Érythrée, du Soudan et du Zimbabwe n'ont pas été conviés par la Maison-Blanche.

Les thèmes de la gouvernance, de la sécurité, et des futures générations seront abordés. Le sommet sera précédé d'un forum autour d'entrepreneurs américains et africains. Le 4 août, des rencontres seront organisées autour de la société civile sur la lutte contre le changement climatique, la sécurité alimentaire ou la lutte contre le trafic d'espèces protégées.

Josh Earnest a souligné devant les journalistes l'importance de la démocratie en Afrique, évoquant les défis politiques dont le président Obama sera amené à discuter avec des pays comme l'Égypte lors du sommet.

«Nous souhaitons encourager le développement de systèmes de gouvernance qui soient respectueux des droits de l'homme», a-t-il dit.




Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer