La violence religieuse n'a pas sa place aux États-Unis, prévient Obama

«Personne ne doit s'inquiéter pour sa sécurité lors... (PHOTO JONATHAN ERNST, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

«Personne ne doit s'inquiéter pour sa sécurité lors de rassemblements avec ses compagnons de foi. Personne ne doit craindre pour sa sécurité pendant une réunion de prière», a déclaré le président depuis la Maison-Blanche.

PHOTO JONATHAN ERNST, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Le président Barack Obama a prévenu lundi que la violence religieuse n'avait pas sa place aux États-Unis, au lendemain d'une fusillade visant une communauté juive au Kansas.

«Personne ne doit s'inquiéter pour sa sécurité lors de rassemblements avec ses compagnons de foi. Personne ne doit craindre pour sa sécurité pendant une réunion de prière», a déclaré le président depuis la Maison-Blanche, après qu'un homme blanc apparemment lié aux milieux antisémites a tué dimanche trois personnes dans un centre communautaire et une maison de retraite juifs.

Le président a estimé que la fusillade était d'autant plus tragique qu'elle s'était produite la veille de la Pâque juive et le jour du dimanche des Rameaux, une fête chrétienne qui ouvre la Semaine sainte.

Il a assuré que le gouvernement américain mettait à la disposition de la communauté juive toute l'assistance nécessaire alors que les synagogues ont renforcé la sécurité de leurs abords.

«En tant qu'Américains, nous devons nous élever tous ensemble contre cette terrible violence, qui n'a pas sa place dans notre société», a-t-il déclaré lors d'un petit-déjeuner pour célébrer la Semaine sainte chrétienne.

«Nous devons continuer à nous rassembler, toutes religions confondues, pour combattre l'ignorance et l'intolérance, notamment l'antisémitisme, qui peut mener à la haine et la violence», a-t-il ajouté.

L'auteur de la fusillade, identifié comme Frazier Glenn Miller, était un ancien responsable du Ku Klux Klan et était membre d'un forum internet néonazi, le Vanguard News Network (Réseau d'information d'avant-garde), sur le site duquel il avait publié plus de 12 000 messages, selon une organisation qui traque les groupes entretenant la haine raciale, le Southern Poverty Law Center (SPLC).




la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer