Armée américaine: un autre général 4 étoiles dans l'embarras

William «Kip» Ward a été le premier officier... (PHOTO FETHI BELAID, ARCHIVES AFP)

Agrandir

William «Kip» Ward a été le premier officier à diriger l'AFRICOM, de 2007 à 2011.

PHOTO FETHI BELAID, ARCHIVES AFP

Partager

Agence France-Presse
Washington

Le général William «Kip» Ward, ancien commandant américain pour toute l'Afrique, a été rétrogradé et condamné mardi à rembourser 82 000 $ pour avoir utilisé indûment les moyens mis à sa disposition par le Pentagone, ont affirmé des responsables de la Défense.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta a «rétrogradé» l'ancien chef de l'Africom qui «devra rembourser 82 000 $ au gouvernement», a affirmé à l'AFP un haut responsable américain de la Défense sous couvert de l'anonymat.

Le général quatre étoiles, grade le plus élevé dans l'armée américaine, «prendra sa retraite avec le grade de lieutenant-général» (trois étoiles), a précisé un autre haut responsable.

Le dénouement de cette affaire instruite depuis de longs mois par l'Inspection générale du Pentagone intervient alors qu'une série de scandales affecte la haute hiérarchie militaire américaine.

Le directeur de la CIA, l'ex-général David Petraeus, a été contraint à la démission vendredi pour une relation adultérine et le chef de la coalition en Afghanistan, le général John Allen, a été mis en cause mardi pour avoir entretenu une correspondance «déplacée» avec une femme mariée de 37 ans.

Kip Ward a été le premier officier à diriger l'AFRICOM, de 2007 à 2011, un poste basé à Stuttgart en Allemagne. Il lui a été interdit de prendre sa retraite avant la publication des conclusions de l'enquête.

Dans un rapport de 99 pages rendu public en juin, l'Inspection générale reproche au général Ward d'avoir notamment utilisé à des fins personnelles l'avion mis à sa disposition en tant que chef de l'AFRICOM pour se rendre à New York ou à Atlanta, d'avoir indûment prolongé des voyages professionnels pour des motifs personnels, ou encore d'avoir emmené avec lui sa femme à 15 reprises sans raison officielle et sans rembourser les frais afférents.

Le rapport pointe ainsi une escale aux Bermudes en 2010 où le couple a passé la nuit dans une suite à 747 $ de l'hôtel cinq étoiles Fairmont Hamilton Princess. L'épouse du général aurait également utilisé indûment des voitures blindées.

On lui reproche également d'avoir fait financer pour lui et ses collègues un voyage de 11 jours à Washington et Atlanta, d'un coût de 129 000 dollars, alors que trois journées seulement étaient justifiées par des raisons professionnelles.

Mme Ward a emprunté à 52 reprises un avion militaire avec son époux, sur 79 voyages effectués par le général, tandis que ce dernier a prolongé sept fois ses déplacements professionnels pour des raisons personnelles en se faisant rembourser ses frais.

Le secrétaire à la Défense Leon Panetta a souligné que «les responsables du ministère de la Défense devaient être exemplaires tant au niveau de l'excellence professionnelle que du jugement», a déclaré le porte-parole du Pentagone George Little dans un communiqué.

M. Panetta est «déterminé à traiter rapidement et de manière appropriée toute action impropre ou mauvaise conduite des officiers supérieurs», indique encore le communiqué.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer