L'Ukraine «préparé à un scénario de guerre totale», selon son président

Des véhicules non identifiés se déplacent dans l'est... (Photo Maxim Zmeyev, Reuters)

Agrandir

Des véhicules non identifiés se déplacent dans l'est du pays, signe selon Kiev qu'une offensive est en préparation malgré l'apparente accalmie.

Photo Maxim Zmeyev, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Ukraine
Ukraine

Née en novembre de la volte-face du pouvoir, qui a renoncé à un rapprochement avec l'UE pour signer un accord avec Moscou, la contestation ukrainienne s'est depuis muée en révolte contre le président Ianoukovitch. Une crise qui plonge l'Ukraine au bord de la guerre civile, alors que les affrontements entre opposants et forces de l'ordre ont fait des dizaines de morts et des centaines de blessés. »

Sur le même thème

Agence France-Presse
KIEV

Le président ukrainien Petro Porochenko a déclaré que son pays était «préparé à un scénario de guerre totale» mais dit préférer une solution pacifique au conflit, dans un entretien au quotidien allemand Bild à paraître lundi.

«L'Ukraine a mis en oeuvre tout ce qui avait été annoncé concernant l'accord de paix, nous sommes prêts aux compromis et nous croyons que le conflit ne peut pas être réglé militairement. La Russie au contraire promet une chose et fait exactement le contraire le lendemain», a dénoncé le président ukrainien, selon un extrait de son interview diffusé à l'avance dimanche.

«Nous ne voulons pas la guerre, nous voulons la paix et nous nous battons pour les valeurs européennes. Mais la Russie ne respecte aucun accord», a-t-il renchéri.

«Je n'ai pas peur d'une guerre avec les troupes russes et nous nous sommes préparés à un scénario de guerre totale», répond-il lorsque le journal l'interroge sur une guerre avec la Russie.

«Notre armée est actuellement dans un meilleur état qu'il y a encore cinq mois et nous recevons du soutien du monde entier», fait valoir M. Porochenko, avant d'ajouter : «Il n'y a rien que nous ne voulions plus que la paix, mais nous devons malheureusement pour le moment faire face au pire scénario».

Kiev dénonce depuis plus d'une semaine l'entrée massive dans l'est de l'Ukraine de chars et de troupes russes, une assertion confirmée par l'OTAN, mais vigoureusement démentie par Moscou.

Le conflit entre armée gouvernementale et séparatistes prorusses qui embrase des régions orientales de l'Ukraine a fait plus de 4000 morts depuis la mi-avril. Un cessez-le-feu conclu en septembre par Kiev et les séparatistes est aujourd'hui moribond.

Face à l'escalade militaire, l'ONU a récemment dit redouter «le retour à une guerre totale».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer