Écoutes de la NSA: deux ministres néerlandais sur la sellette

La ministre néerlandaise de la Défense Jeanine Hennis... (Photo BART MAAT, AFP)

Agrandir

La ministre néerlandaise de la Défense Jeanine Hennis est l'une des deux ministres impliqués dans la collecte de métadonnées.

Photo BART MAAT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Sous surveillance

International

Sous surveillance

Edward Snowden, un ancien consultant de la CIA, a révélé l'existence de programmes secrets de surveillance des communications électroniques en remettant des documents compromettants aux quotidiens The Guardian et The Washington Post. Il s'est depuis réfugié à Hong Kong alors que le gouvernement américain a lancé une enquête contre lui. »

Agence France-Presse
LA HAYE, Pay-Bas

Les ministres néerlandais de l'Intérieur et de la Défense étaient sur la sellette mardi après avoir révélé que les services secrets néerlandais, et non la NSA comme précédemment affirmé, avaient récolté les métadonnées d'environ 1,8 million de communications téléphoniques.

Alors que la presse évoquait mardi de possibles démissions, le ministre de l'Intérieur Ronald Plasterk et la ministre de la Défense Jeanine Hennis devaient répondre dans l'après-midi aux nombreuses questions des parlementaires sur le sujet.

Après ce débat public qui s'annonce «épicé», selon les médias, les deux partis de la majorité, travaillistes et libéraux, devront «décider s'ils laissent M. Plasterk et Mme Hennis s'en sortir», affirme le quotidien de centre-gauche De Volkskrant.

Réagissant à un article du quotidien allemand De Spiegel, qui affirmait que 1,8 million de communications avaient été surveillées en décembre 2012 aux Pays-Bas par l'agence nationale de sécurité américaine NSA, M. Plasterk avait affirmé fin octobre que de telles écoutes n'étaient pas du fait des services secrets néerlandais.

Pourtant, le 4 février, soit quelque trois mois plus tard, M. Plasterk et Mme Hennis ont indiqué le contraire dans une lettre au Parlement.

Les métadonnées ont été récoltées par un département des services secrets néerlandais «dans le cadre de la loi sur la lutte antiterroriste et des opérations militaires à l'étranger» puis partagées avec la NSA après expurgation des numéros néerlandais, expliquent-ils.

Les métadonnées, soit la durée, l'heure et le nombre d'appels, selon le ministre, concernent des appels vers ou depuis l'étranger, et non des communications entre numéros néerlandais. Elles ont été interceptées par satellite.

Bon nombre de députés sont en outre irrités par le fait que les deux ministres ont admis avoir pris connaissance dès le 22 novembre que les écoutes avaient été réalisées par les Néerlandais et non les Américains.

Les deux ministres affirment avoir alors gardé le silence «dans l'intérêt de l'État», mais avoir revu leur position récemment à la lumière d'une plainte devant la justice d'un collectif de citoyens appelé «Citoyens contre Plasterk».

Cette plainte porte sur l'utilisation par les Pays-Bas de données récoltées par des services secrets étrangers.




À découvrir sur LaPresse.ca

  • NSA: Rand Paul poursuit Obama

    Sous surveillance

    NSA: Rand Paul poursuit Obama

    Un prétendant officieux à la Maison-Blanche en 2016, le sénateur républicain Rand Paul, a déposé mercredi une plainte en nom collectif contre le... »

la boite:1600127:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer