Nobel de la paix: Snowden, le pape ou Malala?

Un portrait de Malala, qui fait campagne contre la... (PHOTO SHANNON STAPLETON, REUTERS)

Agrandir

Un portrait de Malala, qui fait campagne contre la destruction des écoles pour filles par les talibans.

PHOTO SHANNON STAPLETON, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Prix Nobel 2014

International

Prix Nobel 2014

Découvrez les gagnants des prix Nobel de 2014... »

Mark Lewis
Associated Press
STAVANGER

Les parieurs placent cette année leur argent sur Edward Snowden, le pape François ou l'adolescente pakistanaise Malala Yousafzaï parmi les principaux candidats pressentis pour le prix Nobel de la paix, qui sera remis vendredi.

Comme à son habitude, le comité Nobel n'a pas donné d'indice en prévision de l'annonce, laissant seulement entendre qu'il avait reçu un nombre record de 278 candidatures. Selon Geir Lundestad, du comité Nobel en Norvège, le choix a été plus difficile cette année. Il a déclaré à l'Associated Press que cette année, ses collègues et lui avaient eu «sept réunions, plutôt que cinq ou six».

Voici quelques candidatures parmi celles considérées comme les favorites cette année:

Edward Snowden... (Photo Glenn Greenwald, Reuters) - image 2.0

Agrandir

Edward Snowden

Photo Glenn Greenwald, Reuters

Edward Snowden

L'ancien consultant pour l'agence américaine de sécurité nationale (NSA) a tiré la sonnette d'alarme à l'été 2013 relativement à la surveillance tous azimuts menée par les États-Unis. Ses révélations sont survenues trop tard pour que sa candidature soit proposée l'an dernier, mais deux parlementaires norvégiens ont proposé son nom pour la mouture de 2014. L'un d'entre eux, Snorre Valen, affirme que les révélations de M. Snowden le qualifient pour la distinction, puisque «la surveillance est la nouvelle course aux armements». Selon lui, «pour que la paix ait une chance de s'implanter, les pays doivent mutuellement se faire confiance». M. Snowden, qui est toujours exilé en Russie, dit être fier d'avoir été mis en nomination, mais se considère comme un candidat improbable.

Le pape François

Depuis son élection au Saint-Siège en mars 2013, le souverain pontife s'est présenté comme défenseur des pauvres, avec des visites incognito auprès de gens vivant dans la rue, en plus de ses demandes répétées en faveur du développement social et de la redistribution des richesses. Le pape est le favori des parieurs, mais après le désenchantement découlant de l'octroi du Nobel de la paix au président américain Barack Obama en 2009, donner le prix au pape après seulement un an en poste pourrait être prématuré. S'il l'emportait, le pape argentin serait le premier chef de l'Église catholique à recevoir le prix.

Malala Yousafzaï

L'adolescente pakistanaise ayant fait campagne contre la destruction des écoles pour filles par les talibans a reçu une balle dans la tête tirée par des obscurantistes en 2012. Plusieurs estimaient qu'elle gagnerait le prix Nobel de la paix l'an dernier, mais ils ont été déçus lorsque la récompense a été remise à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques. Aujourd'hui âgée de 17 ans, Malala continue de faire campagne pour les droits des filles et des femmes, mais est considérée comme une autre candidate assez improbable pour le prix. Sa cote est passée de 20 contre 1 à 12 contre 1 il y a quelques semaines, selon le réseau de paris Unibet.

Le Dr Denis Mukwege... (Photo Junior D. Kannah, AFP) - image 3.0

Agrandir

Le Dr Denis Mukwege

Photo Junior D. Kannah, AFP

Denis Mukwege

Ce gynécologue congolais faisant campagne contre les violences sexuelles en temps de guerre revient souvent dans les nominations officieuses pour le prix Nobel de la paix depuis quelques années. Si le comité hésite à prendre une décision controversée ou ne réussit pas à s'entendre, M. Mukwege pourrait être l'heureux élu. Le parlementaire norvégien Bard Soljhell croit que M. Mukwege est le candidat le plus probable puisqu'il «serait amplement méritant et dénué de toute controverse».

La «Novaya Gazeta»

Certains détracteurs estiment que le comité du prix Nobel de la paix aurait dû parler des événements en Russie depuis belle lurette. Après l'invasion de l'Ukraine par Moscou, l'année 2014 pourrait bien être la bonne - mais qui obtiendrait cette prestigieuse récompense? Kristian Harpviken, chef de l'Institut de la paix PRIO à Oslo, croit que le quotidien russe Novaya Gazeta pourrait être une bonne possibilité, en raison de ses critiques envers le Kremlin et ses enquêtes sur la corruption gouvernementale. Quatre de ses journalistes ont été tués depuis 2000, y compris Anna Politovskaïa, une virulente critique de Moscou. On ne sait pas si le journal a effectivement été mis en nomination.

Les habitants de Lampedusa

Un professeur d'Oslo a suggéré de récompenser les habitants de l'île italienne de Lampedusa pour attirer l'attention sur la traversée périlleuse effectuée chaque année par des milliers de migrants fuyant la guerre et la pauvreté en espérant trouver une vie meilleure en Europe. L'année 2014 devrait établir un record du nombre de migrants traversant la Méditerranée, et les Nations unies affirment que plus de 3000 d'entre eux ont trouvé la mort depuis le début de l'année. Les résidents de Lampedusa, sur la ligne de front de cette marée humaine, ont été mentionnés pour leur empathie et leur solidarité envers les migrants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer