ONU: rencontre de dernière minute entre l'Américain Kerry et l'Iranien Zarif

John Kerry aux côtés de son homologue iranien,... (Photo Craig Ruttle, archives AP)

Agrandir

John Kerry aux côtés de son homologue iranien, Omar Zarif

Photo Craig Ruttle, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Nucléaire iranien

International

Nucléaire iranien

Consultez notre dossier sur le nucléaire iranien »

Agence France-Presse
NATIONS UNIES

Les chefs de la diplomatie américaine et iranienne, John Kerry et Mohammad Javad Zarif, doivent s'entretenir vendredi soir à l'ONU, a annoncé un diplomate américain, sans dire s'il s'agissait de parler de l'accord sur le nucléaire ou de la Syrie.

Un haut responsable du département d'État s'est borné à dire à quelques journalistes à New York que les deux ministres se verraient à 17 h au siège des Nations unies, où se tient l'Assemblée générale annuelle.

La rencontre, annoncée à la dernière minute, n'était pas au programme officiel de John Kerry qui doit rentrer dans la soirée à Washington après une semaine passé à l'ONU où il a été happé par le conflit syrien et l'intervention militaire de la Russie.

L'Iran et les États-Unis ont rompu leurs relations diplomatiques en 1980, année de la prise en otage des diplomates de l'ambassade américaine à Téhéran par des étudiants islamistes, quelques mois après la révolution islamique de 1979. Les relations entre les deux pays se sont toutefois améliorées depuis la conclusion de l'accord nucléaire du 14 juillet à Vienne entre l'Iran et les grandes puissances.

Durant les 20 mois de négociations de ce règlement historique, MM. Kerry et Zarif se sont vus et téléphonés très fréquemment et ont affiché une certaine proximité.

Dans les couloirs de l'ONU lundi, M. Zarif avait croisé, par hasard, le chemin du président Barack Obama et les deux hommes s'étaient serré la main, ce qui avait déclenché la fureur de députés iraniens.

MM. Obama et Kerry ont appelé cette semaine l'Iran à coopérer pour tenter de trouver une porte de sortie au conflit syrien, Téhéran étant l'allié de Damas.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer