Le Super Bowl de la politique américaine

Des techniciens installent la scène pour le premier débat... (Photo Patrick Semansky, AP)

Agrandir

Des techniciens installent la scène pour le premier débat présidentiel.

Photo Patrick Semansky, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine de 2016. »

(NEW YORK) L'auditoire américain du premier débat présidentiel entre Hillary Clinton et Donald Trump pourrait bien rivaliser avec celui du plus récent Super Bowl, grande messe du football américain (114 millions de téléspectateurs). L'intérêt ne tient pas seulement aux enjeux du duel, mais aussi à la personnalité des débatteurs, dont voici les caractéristiques et défis.

Selon Alan Schroeder, professeur de journalisme à l'Université... (Photo Matt Rourke, Associated Press) - image 1.0

Agrandir

Selon Alan Schroeder, professeur de journalisme à l'Université Northeastern, la plus grande force d'Hillary Clinton repose sur sa profonde expérience des dossiers et de sa longue expérience des débats.

Photo Matt Rourke, Associated Press

Hillary Clinton

Forces

Clinton allie une profonde connaissance des dossiers à une longue expérience des débats. « Je pense qu'elle est vraiment une bonne débatteuse », dit Alan Schroeder, professeur de journalisme à l'Université Northeastern et auteur de Presidential Debates : Risky Business on the Campaign Trail. « Elle a bien fait contre ses adversaires pendant toutes ces années et elle a une maîtrise parfaite du contenu, ce qui est un grand avantage. Elle peut se concentrer davantage sur sa performance sans avoir à craindre de ne pas savoir quelque chose. Je la vois comme quelqu'un avec du talent et de l'expérience qui se prépare aussi. »

Faiblesses

« Elle s'en tient trop souvent à des réponses préparées à l'avance. Elle manque de spontanéité. » Telles sont les plus grandes faiblesses de la candidate démocrate à la présidence, selon Susan Drucker, professeure de journalisme et spécialiste des débats présidentiels à l'Université Hosfra, à Long Island, où se déroulera ce soir le premier affrontement entre Clinton et Trump. Son collègue Alan Schroeder ajoute que l'ex-première dame des États-Unis est aussi désavantagée par sa longévité sur la scène politique nationale. « Il est plus difficile pour elle de profiter d'un débat pour redéfinir une image politique qui est très fixe à ce stade-ci », dit-il.

Objectifs

Faire sortir Trump de ses gonds. Lui faire voir rouge. À en croire de nombreux médias américains, Clinton tentera de provoquer son rival ce soir en tentant d'exploiter ses failles psychologiques, réelles ou imaginées. Alan Schroeder ne doute pas que Clinton poursuivra cet objectif à l'occasion de son premier face-à-face avec son rival républicain. « Elle fera tout ce qui est en son pouvoir pour énerver Trump durant le débat, espérant créer autant de clips négatifs que possible qui pourront être joués et rejoués sur YouTube », dit-il. Clinton aura aussi comme objectif d'être « plus spontanée et plus émotive », selon Susan Drucker.

Inconnues

Clinton deviendra ce soir la première femme à participer à un débat présidentiel américain. Selon Susan Drucker, ce précédent fait partie des inconnues de l'affrontement. « Nous n'avons pas de modèle nous indiquant la façon dont une femme doit agir dans un tel contexte. Nous ne sommes donc pas certains jusqu'à quel point Clinton peut montrer une étincelle d'émotion sans être perçue négativement. Nous ne savons pas jusqu'à quel point elle peut être combative sans irriter le public. Je crois qu'il y a toujours deux poids, deux mesures concernant la façon de percevoir ou de tolérer les femmes combatives. »

« Si la faiblesse d'Hillary est d'être trop ‟scriptée

Agrandir

« Si la faiblesse d'Hillary est d'être trop ‟scriptée", celle de Trump est de ne pas l'être assez. Il a tendance à dévier vite du sujet ou de se répéter, faute de bien connaître les dossiers », dit Susan Drucker, professeure de journalisme et spécialiste des débats présidentiels à l'Université Hosfra, à Long Island.

Photo Evan Vucci, Associated Press

Donald Trump

Forces

Quel Trump sa rivale verra-t-elle ce soir ? Le Trump qui multiplie les insultes et les déclarations outrancières ? Ou le Trump qui cherche parfois à présenter une image présidentielle ? Paradoxalement, l'incertitude à ce sujet est peut-être l'un des plus grands atouts du républicain. « Il est un débatteur très imprévisible et très flamboyant », dit Alan Schroeder, professeur de journalisme à l'Université Northeastern et auteur de Presidential Debates : Risky Business on the Campaign Trail. « Ça pourrait être un avantage, car l'élément de surprise est précieux dans un événement télévisé en direct, surtout contre un adversaire plus traditionnel. On l'a vu lors des débats républicains. »

Faiblesses

« Si la faiblesse d'Hillary est d'être trop ‟scriptée", celle de Trump est de ne pas l'être assez. Il a tendance à dévier vite du sujet ou de se répéter, faute de bien connaître les dossiers », dit Susan Drucker, professeure de journalisme et spécialiste des débats présidentiels à l'Université Hosfra, à Long Island. Trump aurait pu pallier ce problème en faisant ses devoirs. Mais le doute plane sur la qualité de sa préparation. « Trump comprend qu'un débat est un show de télévision, mais ce n'est pas que ça. Un candidat doit avoir une idée de ce dont il parle », dit Alan Schroeder.

Objectifs

Plusieurs sondages nationaux en viennent au même constat : une bonne majorité des électeurs américains ne croient pas que Trump a le tempérament ou l'expérience pour occuper le Bureau ovale de la Maison-Blanche. L'un des premiers objectifs du candidat républicain sera donc de les rassurer sur ce sujet ce soir. « Un débat est une occasion importante d'être pris au sérieux en tant que président si vous savez comment vous y prendre », dit Alan Schroeder. « Trump doit relever ce défi particulier. Mais il est aussi un peu plus libre que sa rivale de se redéfinir parce qu'il n'est pas un candidat traditionnel. »

Inconnues

Comment Trump gérera-t-il ce premier face-à-face de sa jeune carrière politique, lui qui a été habitué à des débats mettant aux prises plusieurs candidats lors de la course à l'investiture républicaine ? Et comment se comportera-t-il face à une femme qui l'accuse de misogynie ? « Trump devra se montrer très prudent », dit Susan Drucker en faisant référence à ces inconnues. « Il a déjà deux prises contre lui aux yeux de bon nombre de femmes. » Et il en a peut-être ajouté une troisième samedi en menaçant d'inviter Gennifer Flowers, ex-maîtresse de Bill Clinton en Arkansas, à assister au débat de ce soir depuis la première rangée.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer