Heurts dans un rassemblement: Trump fustigé par ses rivaux

Donald Trump a annulé un rassemblement dans une... (PHOTO TASOS KATOPODIS, AFP)

Agrandir

Donald Trump a annulé un rassemblement dans une université de Chicago après des accrochages entre ses partisans et des manifestants, dont de nombreux afro-américains et hispaniques, vendredi.

PHOTO TASOS KATOPODIS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Maison-Blanche 2016

International

Maison-Blanche 2016

Qui succédera à Barack Obama ? Consultez notre dossier sur l'élection présidentielle américaine 2016. »

Derek Henkle, Ivan Couronne
Agence France-Presse
Chicago et Washington

Le milliardaire américain Donald Trump essuyait samedi les critiques nourries de ses adversaires républicains pour sa rhétorique incendiaire après des heurts musclés entre partisans et opposants de l'aspirant à la Maison-Blanche en marge d'un rassemblement annulé à Chicago.

L'homme d'affaires, dont les rassemblements sont de plus en plus le théâtre d'incidents, avait annulé vendredi un rassemblement dans une université de Chicago après des accrochages entre ses partisans et des manifestants, dont de nombreux afro-américains et hispaniques.

Des insultes, des bouteilles et des coups de poing ont volé, tandis que la sécurité tentait de séparer les groupes et d'évacuer la salle. Les violences ont continué à l'extérieur et la police a procédé à au moins cinq arrestations. Deux policiers ont été blessés.

Sans se joindre à la mêlée, les rivaux républicains de Donald Trump l'ont accusé de récolter les fruits de sa rhétorique musclée.

« Quand vous avez une campagne qui encourage, de manière affirmée, la violence, quand vous avez une campagne qui fait face à des allégations de violence physique à l'endroit des membres de la presse, vous créez un environnement qui ne fait qu'inciter à ce genre de violente discorde », a accusé le sénateur du Texas Ted Cruz, qui pointe en deuxième place, derrière Trump, dans les primaires républicaines.

« Donald Trump a semé la division et il en a récolté les fruits ce soir [vendredi], c'était affreux », a renchéri John Kasich, gouverneur de l'Ohio et jusqu'à présent dernier des quatre candidats toujours en lice à l'investiture républicaine dont le prochain chapitre s'écrira mardi.

Cinq grands États (Floride, Illinois, Missouri, Ohio, Caroline du Nord) doivent alors se prononcer lors de ce deuxième super mardi qui est peut-être l'une des dernières chances des rivaux de Trump pour lui barrer la route à l'investiture.

D'ici là, Donald Trump doit tenir un rassemblement samedi à Cleveland (Ohio). Mais un autre prévu le lendemain à Cincinnati a été annulé car les services secrets, chargés de la protection, n'ont pu boucler les préparatifs à temps, a annoncé sa campagne locale aux médias américains.

« Liberté d'expression »

Donald Trump a expliqué avoir décidé de reporter le rassemblement de vendredi après avoir consulté les forces de l'ordre, une fois arrivé à Chicago. « Je pense que nous avons pris la bonne décision d'annuler », a-t-il dit à CNN, « même si notre liberté d'expression a été totalement violée ».

Et a refusé d'assumer la responsabilité des manifestations. « Je n'ai certainement pas incité à la violence », a-t-il dit, rejetant la faute sur des « agitateurs professionnels ».

Les manifestants agitaient des pancartes telles que « Trump haine » ou « Trump est un bouffon », dénonçant le « racisme » du candidat et ses propositions anti-immigrés.

« Nous ne sommes pas des violeurs », pouvait-on lire aussi sur une affiche évoquant des déclarations de Donald Trump comparant les immigrés mexicains à des violeurs.

« Nous avons tous nos différends et nous savons tous qu'il y a beaucoup de gens en colère dans ce pays, mais nous devons traiter cette colère tous ensemble », a réagi la candidate à l'investiture démocrate, Hillary Clinton, voulant ainsi se montrer rassembleuse.

Selon des commentateurs, les heurts de vendredi à Chicago rappellent en quelque sorte les manifestations violentes lors de la convention des démocrates de 1968, dans la même ville du Midwest, dans des États-Unis en plein débat sur la guerre du Vietnam.

Appel à « cogner »

Un autre rassemblement de Trump, plus tôt vendredi à Saint Louis, dans le Missouri, avait été interrompu à de multiples reprises. 32 personnes y avaient été arrêtées, selon la police.

Mercredi, un homme de 78 ans, John McGraw, avait été inculpé après avoir été filmé frappant un manifestant noir lors d'un rassemblement en Caroline du Nord.

Ces scènes, qui ont gagné en intensité ces dernières semaines, font désormais partie intégrale des déplacements publics du milliardaire, qui en joue durant ses discours.

Il a le 1er février enjoint ses partisans à « cogner », promettant de payer leurs frais d'avocat. Le 23 février, il a déclaré qu'il aimerait « donner un coup de poing dans la figure » d'un perturbateur.

« Quand on manifeste il n'y a plus de conséquences, avant il y avait des conséquences », a redit Donald Trump à Saint Louis, en disant qu'il fallait que le pays « se durcisse ».

« Honnêtement, c'est plus amusant que d'écouter un discours, n'est-ce pas? » a-t-il asséné.

Obama appelle les candidats à rejeter les « insultes » 

Barack Obama a appelé samedi les candidats en course pour la Maison-Blanche à rejeter les « insultes et les railleries de cour d'école » et à ne pas créer de « divisions fondées sur la race ou la foi ».

M. Obama a ajouté que l'Amérique se portait bien. « Ce sur quoi les gens en course pour la présidence devraient se concentrer, c'est comment peut-on faire pour que cela aille encore mieux. Pas d'insultes ni de railleries de cour d'école, pas de divisions fondées sur la race et la foi, et certainement pas de violences contre d'autres Américains ». 

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer