Syrie: attaque avortée de l'EI contre un aéroport clé dans le sud

Plus de 215 000 personnes ont été tuées... (Photo Rami Zayat, Reuters)

Agrandir

Plus de 215 000 personnes ont été tuées en Syrie depuis 2011.

Photo Rami Zayat, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
BEYROUTH

Les forces gouvernementales ont repoussé une attaque du groupe extrémiste État islamique (EI) contre un aéroport militaire clé dans le sud de la Syrie, une bataille qui a fait 35 morts, a indiqué samedi une ONG.

L'aéroport de Khalkhala est le seul aéroport militaire dans la province méridionale de Soueida, jusque-là largement épargnée par le conflit qui ravage la Syrie depuis quatre ans.

Vendredi, «des combattants ayant fait allégeance à l'EI ont attaqué pour la première fois les environs de l'aéroport militaire Khalkhala à Soueida», une province à majorité druze, a affirmé à l'AFP le directeur de l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), Rami Abdel Rahmane.

Cet aéroport stratégique a été attaqué dans le passé à plusieurs reprises par des groupes rebelles et la branche syrienne d'Al-Qaïda, le Front Al-Nosra, car il se situe sur l'autoroute reliant la ville de Soueida, aux mains de l'armée, à la capitale Damas.

Au moins 20 soldats et 15 djihadistes ont été tués dans la bataille, au terme de laquelle les forces loyalistes ont maintenu leur contrôle sur l'aéroport et ses environs, d'après l'OSDH.

L'agence officielle syrienne Sana a rapporté de son côté que l'armée avait fait «avorter des tentatives de terroristes de l'EI d'infiltrer les villages de Dalfaa et d'Abou Harate» dans la province de Soueida.

L'EI, qui contrôle déjà de larges territoires dans l'est et le nord de la Syrie, tente d'ouvrir d'autres fronts. Il a pris récemment la majeure partie du camp de Yarmouk dans le sud de Damas.

Toujours dans le sud du pays, les combattants du Front Al-Nosra se sont retirés du poste-frontière de Nassib dans la province de Deraa, laissant les rebelles le contrôler, d'après l'OSDH.

Des groupes rebelles, appuyés par la suite par Al-Nosra avaient pris le poste le 1er avril, privant le régime de toute présence à la frontière jordanienne. «Les rebelles ont demandé à Al-Nosra de partir, car ils n'avaient pas participé aux combats», selon M. Abdel Rahmane.

Dans le nord, au moins cinq personnes ont été tuées et des dizaines blessées par des obus tirés samedi par les rebelles contre le quartier chrétien de Souleimaniyé à Alep, selon l'OSDH. La télévision officielle a fait état d'au moins huit morts.

L'armée de l'air largue quotidiennement des barils d'explosifs sur les secteurs rebelles de l'ex-capitale économique de Syrie, tandis que les insurgés tirent des obus sur les quartiers tenus par le régime.

Plus de 215 000 personnes ont été tuées en Syrie depuis 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer