Le pétrole rapporterait 800 millions par an à l'EI

L'EI contrôlerait des capacités de production de 350 000... (PHOTO MANU BRABO, ARCHIVES AP)

Agrandir

L'EI contrôlerait des capacités de production de 350 000 barils par jour (bj), mais il ne produirait que 50 000 à 60 000 bj, qu'il vend ensuite au marché noir à un prix compris entre 25 et 60 dollars le baril (40 dollars en moyenne) - soit bien moins que les tarifs pratiqués sur les marchés internationaux, le Brent évoluant actuellement autour de 85 dollars le baril.

PHOTO MANU BRABO, ARCHIVES AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Le groupe État islamique

International

Le groupe État islamique

Après avoir fait d'importants gains en Syrie face aux troupes d'Assad, les djihadistes de l'EI ont pris l'Irak d'assaut s'emparant d'importants pans du pays, dont la deuxième ville, Mossoul. Une offensive visant à créer un État islamique en pays sunnite, à cheval sur l'Irak et la Syrie. »

Agence France-Presse
LONDRES

La production pétrolière du groupe État islamique (EI) est estimée à 800 millions de dollars par an, soit l'équivalent de deux millions de dollars par jour, selon les calculs du cabinet américain IHS.

«Le groupe terroriste (...) est capable de générer des revenus significatifs même en produisant seulement une fraction des capacités pétrolières du territoire qu'il contrôle et en vendant le pétrole qu'il produit avec une forte remise au marché noir», souligne IHS dans un communiqué.

Le cabinet américain estime que l'EI contrôle des capacités de production de 350 000 barils par jour (bj), mais qu'il ne produit que 50 000 à 60 000 bj, qu'il vend ensuite au marché noir à un prix compris entre 25 et 60 dollars le baril (40 dollars en moyenne) - soit bien moins que les tarifs pratiqués sur les marchés internationaux, le Brent évoluant actuellement autour de 85 dollars le baril.

Les ventes de pétrole de l'EI se font «principalement via des camions par les routes de contrebande par la frontière turque», explique IHS.

«Le pétrole alimente la machine de guerre de l'EI, tout particulièrement les véhicules militaires vitaux pour ses mouvements et ses capacités de combats» et «finance directement les nombreuses activités» du groupe, souligne le cabinet.

En revanche, les capacités de raffinage de l'EI ne sont pas clairement établies, IHS estimant qu'elles sont plutôt limitées à des unités mobiles couvrant principalement la propre consommation du groupe.

Les djihadistes de l'EI, qui ont lancé une vaste offensive début juin en Irak, contrôlent de larges pans du territoire irakien et tentent de s'emparer de la ville kurde de Kobané, en Syrie.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer