Les rebelles syriens prennent une importante base de l'armée d'Assad

Des combattants de l'Armée syrienne libre chargent un... (PHOTO ALAA AL-FAQIR, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Des combattants de l'Armée syrienne libre chargent un lance-roquettes lors de combats contre l'armée d'Assad, dans la province de Deraa, le 21 mai.

PHOTO ALAA AL-FAQIR, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Crise dans le monde arabe

International

Crise dans le monde arabe

Consultez notre dossier complet sur les soulèvements populaires dans le monde arabe. »

Agence France-Presse
BEYROUTH, Liban

Les rebelles syriens ont pris d'assaut mardi l'une des plus importantes bases militaires dans le sud du pays, un revers de plus pour l'armée de Bachar al-Assad, a affirmé à l'AFP un porte-parole des insurgés sur le front méridional.

«Après 24 heures de combats, le Front sud (rebelle) a libéré entièrement la base appelée Brigade 52 et chassé le régime», a indiqué Issam al-Rayyess.

Ce camp est l'une des dernières grandes bases aux mains du régime dans la province méridionale de Deraa, qui est dominée par la rébellion.

Cette base est stratégique, car elle donne aux rebelles un accès à la province méridionale de Soueida, l'une des rares à rester presque entièrement aux mains du régime de Bachar al-Assad. Elle est également située à 10 km de la principale autoroute allant du sud à la capitale Damas.

«Cette base était un cauchemar pour les rebelles, car c'était la principale base à partir de laquelle le régime bombardait toutes nos régions dans le sud», a précisé Issam al-Rayess.

«La base comprenait également un important corps d'infanterie utilisé par le régime pour prendre d'assaut les villes et villages du sud», a précisé à l'AFP Dia al-Hariri, porte-parole du Faylaq al-Awwal, l'un des groupes rebelles faisant partie du Front sud.

Ce front comprend en majorité des rebelles dits modérés, mais aussi des groupes islamistes comme Ahrar al-Cham, influent dans le nord et le sud de la Syrie.

«Près de 2000 rebelles ont participé à l'assaut (...) c'était une opération éclair qui a commencé hier et s'est terminée dans la matinée», a précisé le commandant Issam al-Rayess.

L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) a également rapporté la prise de la base, affirmant que les rebelles avaient lourdement bombardé cette position, obligeant les soldats du régime à se retirer vers la localité proche de Dara.

Au moins 14 rebelles et 20 soldats ont été tués, selon l'ONG qui dispose d'un large réseau de sources à travers la Syrie.

L'agence officielle Sana a de son côté rapporté «une série de raids aériens sur les terroristes» dans la province de Deraa, accusant les rebelles de bénéficier du soutien de la Jordanie, frontalière du sud de la Syrie.

L'armée du régime a subi revers après revers ces derniers mois face aux rebelles notamment dans le nord et dans le sud.

D'après les experts, les rebelles ont reçu un important soutien en armes de leurs parrains saoudiens, turcs et qataris, ceux-ci ayant décidé de mettre de côté leurs rivalités régionales qui minaient la rébellion.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer