Des éléments entrant dans la fabrication de gaz sarin trouvés en Syrie

L'OIAC a également conclu que du gaz de... (Photo Abed Kontar, Reuters)

Agrandir

L'OIAC a également conclu que du gaz de chlore avait été utilisé de manière répétée et systématique comme arme chimique en Syrie.

Photo Abed Kontar, Reuters

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Syrie
Syrie

Les manifestations pour un changement de régime en Syrie donnent lieu à de violentes répressions. Lisez notre dossier sur le sujet. »

Agence France-Presse
LA HAYE

Les inspecteurs de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) ont découvert des traces d'éléments entrant dans la fabrication de gaz sarin et de gaz VX sur un site non déclaré en Syrie, selon un document de l'UE consulté vendredi.

Maris Klisans, représentant permanent de la Lettonie à l'OIAC, dont le siège est à La Haye, a dit jeudi aux délégués de l'organisation, dans une réunion à huis clos, que l'UE avait un certain nombre d'«inquiétudes» concernant la question des armes chimiques en Syrie.

Il note qu'«en haut de la liste» des préoccupations de l'UE figure la «découverte récente» par les inspecteurs de l'OIAC de «traces de précurseurs de VX et de sarin sur un site où elles n'étaient pas censées être».

«L'Union européenne s'inquiète particulièrement, vu ce qui vient d'être dit, du fait que la Syrie pourrait toujours détenir des équipements d'armes chimiques ou des agents d'armes chimiques non déclarés», a ajouté M. Klisans dans cette déclaration faite au nom des 28 États membres.

Le porte-parole de l'OIAC, Peter Sawczak, a refusé de donner plus d'informations, faisant valoir un devoir de réserve sur le sujet.

Après une attaque en août 2013 au gaz sarin près de Damas, dénoncée par une grande partie de la communauté internationale, le régime syrien a accepté de démanteler son arsenal chimique.

Mais l'OIAC a conclu que du gaz de chlore avait été utilisé de manière répétée et systématique comme arme chimique en Syrie. L'OIAC n'en a toutefois pas attribué la responsabilité au régime ou à l'opposition armée, qui s'accusent mutuellement de l'avoir fait.

Washington a proposé mercredi à ses partenaires du Conseil de sécurité de l'ONU de lancer une enquête pour déterminer qui est responsable de ces attaques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer