Coulibaly figurait sur la liste des terroristes de Washington

Amedy Coulibaly déclarant son allégeance au groupe armé État... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Amedy Coulibaly déclarant son allégeance au groupe armé État islamique dans une vidéo qui a été diffusée dimanche.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Sur le même thème

Agence France-Presse
Washington

Amedy Coulibaly, abattu vendredi dans l'assaut du supermarché où il avait tué quatre personnes et pris plusieurs otages en banlieue parisienne, figurait sur la liste des terroristes des États-Unis, a affirmé la chaîne CNN lundi.

Coulibaly était sur cette liste «depuis un moment», a dit un responsable américain à CNN.

La chaîne a précisé que le djihadiste de 32 ans était référencé sur une large liste de terroristes potentiels (la liste TIDE), qui comprend environ un million de noms.

Amedy Coulibaly, 32 ans, un délinquant multirécidiviste, a été tué vendredi dans l'assaut du Raid contre le supermarché casher à l'est de Paris où il retenait des otages. Il est aussi soupçonné d'avoir tué jeudi matin une policière municipale à Montrouge (Hauts-de-Seine).

Il agissait en coordination, a-t-il dit, avec Saïd et Chérif Kouachi, qui ont tué mercredi douze personnes dans l'attentat contre l'hebdomadaire satirique Charlie Hebdo à Paris. Les deux frères ont été tués quelques minutes avant Amedy Coulibaly par le peloton d'élite des forces de l'ordre françaises qui a lancé un assaut à l'imprimerie où ils s'étaient retranchés à Dammartin-en-Goële, à une quarantaine de kilomètres de Paris.

Le Premier ministre français Manuel Valls a en outre avancé lundi que Coulibaly, avait «sans doute un complice».

Les autorités américaines avaient déjà confirmé que les frères Kouachi figuraient «depuis des années» sur la liste noire américaine du terrorisme.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer