Le premier ministre israélien se recueille devant le supermarché casher

Accueilli aux cris de «Bibi, Bibi», son surnom,... (PHOTO MICHEL EULER, AP)

Agrandir

Accueilli aux cris de «Bibi, Bibi», son surnom, le premier ministre israélien (au centre), sous très haute protection, s'est recueilli devant les fleurs déposées sur les lieux du drame.

PHOTO MICHEL EULER, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
PARIS

Le chef du gouvernement israélien Benyamin Nétanyahou s'est recueilli lundi à Paris devant le supermarché casher où quatre juifs ont été tués par un djihadiste vendredi.

Accueilli aux cris de «Bibi, Bibi», son surnom, le premier ministre israélien, sous très haute protection, s'est recueilli devant les fleurs déposées sur les lieux du drame, a constaté un journaliste de l'AFP. Il avait la veille rendu hommage aux victimes à la Grande synagogue de Paris.

Il a déposé une bougie à terre devant l'Hyper Casher, où des centaines de fleurs et de bougies ont été déposées depuis vendredi, pendant que des spectateurs venus le saluer entonnaient la Marseillaise.

Benyamin Nétanyahou, accompagné notamment de son ministre des Affaires étrangères Avigdor Liberman, s'est ensuite brièvement exprimé devant la presse israélienne.

Il est reparti au bout d'une dizaine de minutes, sous les applaudissements d'une centaine de personnes, dont beaucoup arboraient un drapeau israélien.

L'ambassade d'Israël en France avait annoncé samedi soir que Benyamin Nétanyahou se rendrait en France pour participer à la manifestation contre le terrorisme qui a rassemblé plus d'un million et demi de personnes dimanche à Paris.

Après cette marche, le premier ministre israélien s'est rendu dimanche soir à la Grande synagogue de Paris où il a salué «la position très ferme» et la «détermination» du président français François Hollande et du premier ministre Manuel Valls - venus également rendre hommage aux victimes à la synagogue - «contre le nouvel antisémitisme et le terrorisme».

M. Nétanyahou a également «remercié» Lassana Bathily, l'employé musulman du supermarché casher qui avait sauvé la vie à plusieurs clients du magasin vendredi en les aidant à se cacher du preneur d'otages Amédy Coulibaly.

Le chef du gouvernement israélien a par ailleurs répété à cette occasion aux juifs français qu'ils «seraient accueillis à bras ouverts» en Israël s'ils souhaitaient s'y installer, tout en soulignant qu'ils avaient le droit de vivre «en particulier en France».

Le sujet sensible de l'émigration des juifs de France en Israël avait donné lieu à une passe d'armes à fleurets mouchetés samedi entre Benyamin Nétanyahou et Manuel Valls. Le premier avait estimé qu'Israël était le «foyer» des juifs de France, ce à quoi le second avait répliqué que «la France, sans les juifs de France, n'est plus la France».

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer