La compagne du djihadiste Coulibaly en Syrie depuis le 8 janvier

«Elle est entrée en Turquie le 2 janvier... (PHOTO AFP/IHLAS NEWS AGENCY)

Agrandir

«Elle est entrée en Turquie le 2 janvier en provenance de Madrid. Il y a des images (la montrant à l'aéroport», a confirmé le chef de la diplomatie turque.

PHOTO AFP/IHLAS NEWS AGENCY

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attentats à Paris

International

Attentats à Paris

Le siège parisien du journal satirique français «Charlie Hebdo» a été la cible d'un attentat terroriste sanglant ayant coûté la vie à au moins 12 personnes dont son directeur de rédaction et dessinateur emblématique Charb et ses trois autres caricaturistes vedettes: Cabu, Wolinski et Tignous. Le pire attentat en sol français depuis 50 ans. Cet attentat a été suivi par deux attaques qui seraient vraisemblablement liées au carnage chez «Charlie Hebdo». »

Agence France-Presse
ISTANBUL, Turquie

Hayat Boumeddiene, la compagne du preneur d'otages tué vendredi par la police à Paris recherchée par la France, est entrée en Syrie le 8 janvier via la Turquie, a confirmé lundi le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu.

«Elle est entrée en Syrie le 8 janvier», a déclaré M. Cavusoglu dans un entretien accordé à l'agence de presse gouvernementale Anatolie.

Une source sécuritaire turque avait indiqué à l'AFP samedi que la compagne d'Amedy Coulibaly, un des trois djihadistes abattus vendredi à l'issue d'une prise d'otages meurtrière dans un supermarché casher en banlieue parisienne, était entrée en Turquie le 2 janvier et qu'elle s'était probablement rendue depuis en Syrie.

«Elle est entrée en Turquie le 2 janvier en provenance de Madrid. Il y a des images (la montrant à l'aéroport», a confirmé le chef de la diplomatie turque.

«Elle est ensuite restée avec une autre personne dans un hôtel de Kadiköy (un district de la rive asiatique d'Istanbul). Elle est ensuite passée en Syrie le 8 janvier, ses relevés téléphoniques le montrent», a-t-il ajouté.

Selon la source sécuritaire interrogée samedi par l'AFP, la jeune femme disposait d'un billet aller-retour Madrid-Paris.

Ainsi que l'a affirmé cette source, le quotidien progouvernemental Yeni Safak a rapporté dans son édition de lundi que Hayat Boumeddiene s'était ensuite rendue dans la ville de Sanliurfa (sud-est), proche de la frontière syrienne.

Le journal ajoute qu'elle est entrée en Syrie via le poste-frontière d'Akçakale, un des points de passage réguliers des étrangers qui rejoignent des mouvements djihadistes tels que le groupe armé État islamique (EI) en guerre contre le régime de Damas.

Hayat Boumeddiene... (PHOTO POLICE FRANÇAISE/AFP) - image 2.0

Agrandir

Hayat Boumeddiene

PHOTO POLICE FRANÇAISE/AFP

Coopération

Yeni Safak affirme que l'homme qui a séjourné en Turquie avec elle a été identifié par les services turcs comme Mehdi Sabry Belhoucine, un citoyen français âgé de 23 ans.

La police française a délivré un avis de recherche pour déterminer son éventuel rôle dans la fusillade perpétrée par Amedy Coulibaly à Montrouge (sud de Paris, un mort jeudi matin) et pour l'éventuelle aide qu'elle aurait pu lui apporter lors de la prise d'otages dans le magasin casher (4 morts) à Vincennes, aux portes de Paris vendredi.

Les informations des autorités turques montrent que la jeune femme, âgée de 26 ans, ne se trouvait pas en France lors des crimes reprochés à Amedy Coulibaly.

Le ministre turc des Affaires étrangères a répété lundi que son pays avait «partagé ces informations avec la France avant même qu'elle nous le demande». «Nous leur avons dit la personne que vous recherchez est ici, elle a séjourné ici et elle s'est rendue en Syrie illégalement», a affirmé M. Cavusoglu.

Les services français ont régulièrement reproché ces derniers mois à leurs homologues turcs leur manque de coopération dans la lutte contre les filières djihadistes qui ont permis à des milliers de combattants européens de rejoindre la Syrie via la Turquie.

En septembre, le ministre français de l'Intérieur Bernard Cazeneuve et son homologue turc Efkin Ala s'étaient promis de mieux coopérer, après plusieurs cafouillages diplomatico-policiers lors du retour de djihadistes présumés vers la France.

Plusieurs de ses alliés ont accusé la Turquie d'avoir longtemps fermé les yeux voire soutenu certains des rebelles les plus radicaux, dont le groupe armé EI, opposés au président syrien Bachar al-Assad, la bête noire d'Ankara.

Le régime islamo-conservateur turc s'en est toujours fermement défendu et a récemment assuré avoir renforcé sa surveillance aux frontières pour traquer les apprentis djihadistes venus de l'étranger.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer