Anonymous veut « traquer » les responsables des attentats de Paris

Le visage caché par le masque blanc aux... (IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO)

Agrandir

Le visage caché par le masque blanc aux traits grimaçants caractéristique des Anonymous, l'auteur, qui s'exprime en français, déclare que « ces attentats ne peuvent pas rester impunis ».

IMAGE TIRÉE D'UNE VIDÉO

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Attaques à Paris
Attaques à Paris

Notre dossier spécial sur les attentats qui ont fait au moins 129 morts à Paris, le 13 novembre 2015. »

Agence France-Presse
PARIS

Le groupe de piratage informatique Anonymous a annoncé sur son site français son intention de « traquer » les membres des groupes terroristes responsables des attentats de Paris et de faire « le nécessaire pour mettre fin à leurs agissements ».

« Lors des attentats de Charlie Hebdo, nous avions déjà exprimé notre volonté de neutraliser quiconque voudrait s'attaquer à nos libertés fondamentales. Nous réitérons ici cette volonté à la suite de cette tragédie », ajoute ce groupe anonyme de pirates informatiques.

Il appelle ses membres à se mobiliser pour « se battre » et « pour lutter ensemble, contre la tyrannie et l'obscurantisme ».

Par ailleurs, dans une vidéo postée sur l'internet, un homme masqué se revendiquant des Anonymous a assuré que celui-ci avait déclaré « la guerre » au groupe État islamique (EI) qui a revendiqué les attentats de vendredi qui ont fait au moins 129 morts et 352 blessés à Paris.

Le visage caché par le masque blanc aux traits grimaçants caractéristique des Anonymous, l'auteur, qui s'exprime en français, déclare que « ces attentats ne peuvent pas rester impunis ».

« C'est pourquoi les Anonymous du monde entier vont vous traquer. [...] Nous allons lancer l'opération la plus importante jamais réalisée contre vous, attendez-vous à de très nombreuses cyberattaques. La guerre est déclenchée, préparez-vous. Le peuple français est plus fort que tout et se relèvera de cette atrocité encore plus fort », affirme-t-il.

Ce message vise les sites et comptes sur les réseaux sociaux liés au groupe EI.

« Anonymous est en guerre avec Daesh », a tweeté un compte nommé @GroupAnon d'Anonymous. Le message a été retweeté plus de 6400 fois.

Mais cette « déclaration de guerre » pourrait être contre-productive et gêner l'enquête, a estimé lundi Olivier Laurelli, blogueur expert en sécurité informatique.

« Les jeunes s'identifient, ils ont l'impression de pouvoir agir mais c'est contre-productif », explique-t-il. « C'est plus gênant pour les forces de police qu'autre chose. »

Pour lui, « faire fermer ces comptes, c'est rendre les services de police sourds et aveugles sur certains trucs ».

Les données des comptes Twitter peuvent être des sources d'information pour les autorités qui cherchent à en exploiter, notamment, les données géographiques.

« C'est intéressant de savoir que tel compte est en France, tel autre en Syrie ou en Irak », explique le blogueur.

Sur les réseaux sociaux, les liens entre les personnes peuvent également être utiles. « Si on voit qu'une personne, qui a été mise en cause lors des attentats, était en relation avec telle autre personne, c'est très intéressant pour les services de police », note Olivier Laurelli.

« Anonymous, il y a pas de carte de membre », rappelle Olivier Laurelli. « N'importe qui peut se déclarer Anonymous ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer