Tempête au Népal: le bilan porté à 43 morts

La tempête inhabituelle de mardi, survenue en pleine... (PHOTO AFP/ARMÉE NÉPALAISE)

Agrandir

La tempête inhabituelle de mardi, survenue en pleine saison de randonnée, a déclenché des avalanches qui ont tué au moins 43 personnes, dont 19 touristes.

PHOTO AFP/ARMÉE NÉPALAISE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Ammu KANNAMPILLY
Agence France-Presse
KATMANDOU

Le bilan de la tempête de neige qui s'est abattue en début de semaine sur le circuit de trek de l'Annapurna s'élève désormais à 43 morts, soit la pire catastrophe pour la randonnée au Népal, ont annoncé samedi les autorités.

Les autorités ont fait état de la découverte de 11 nouveaux corps - ceux de neuf Népalais et deux Japonais -,  mais d'autres corps pourraient encore être ensevelis sous la couche épaisse de neige ou sous la glace après la tempête inhabituelle de mardi, survenue en pleine saison de trek, qui a déclenché de graves avalanches.

Parmi les 43 morts, figurent au moins 19 touristes étrangers, venant notamment du Canada, d'Israël, de Pologne, de Slovaquie, d'Inde et du Vietnam.

Par ailleurs, tous les randonneurs - dont des dizaines d'étrangers - qui avaient été coincés par la tempête de neige dans l'Himalaya sont sains et saufs, avait-on annoncé auparavant samedi de source officielle.

D'après la police, 385 personnes au total, dont 180 étrangers, ont été ramenées saines et sauves depuis mercredi des zones touchées par la violente tempête de neige.

«Nous estimons que tous les autres randonneurs dans la région sont sains et saufs», a déclaré Binay Acharya, de l'Association des agences de trek du Népal (TAAN), qui organise les opérations de sauvetage.

«Nous n'avons pas reçu de nouveaux appels pour des sauvetages», a dit M. Acharya.

Les sauveteurs avaient annoncé vendredi avoir retrouvé le corps d'un porteur népalais, ce qui avait porté à 32 le bilan des tués.

Des milliers de personnes entreprennent le parcours de randonnée du tour de l'Annapurna chaque année au moins d'octobre où les conditions météo sont normalement le plus favorables. Quelque 168 randonneurs étrangers s'étaient enregistrés comme étant partis pour un trek dans les districts touchés de Manang et de Mustang.

Cette catastrophe a poussé le premier ministre du Népal, Sushil Koirala, a annoncé son intention de mettre sur pied un système national d'alerte.

Keshav Pandey, le vice-président de l'Association des agences de trekking du Népal, avait déclaré que le pays ne possédait aucun mécanisme d'alerte permettant d'avertir les randonneurs de mauvaises conditions climatiques.

«Nous ne nous attendons pas à ce genre de tempête en octobre, mais nous n'avons pas non plus de système d'alerte nous aidant à nous y préparer», a-t-il déclaré à l'AFP.

Outre les chutes de neige, le cyclone Hudhud a aussi provoqué d'intenses trombes d'eau dans le centre et l'ouest du Népal.

En avril, une avalanche avait tué 16 personnes sur le mont Everest et entraîné l'interruption de toute ascension vers le plus haut sommet du monde, une décision sans précédent.

L'avalanche a pris au piège les sherpas qui préparaient l'ascension d'une multitude d'expéditions de clients étrangers. Elle a porté un coup dur au tourisme népalais, qui repose largement sur la randonnée et l'escalade.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer