Reporters sans Frontières s'inquiète de l'attitude de Trump

Le directeur général de Reporters sans Frontières, Christophe... (PHOTO AFP)

Agrandir

Le directeur général de Reporters sans Frontières, Christophe Deloire.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Mexico

Reporters sans Frontières (RSF) a dénoncé jeudi l'attitude du président américain Donald Trump envers la presse, s'inquiétant des conséquences possibles de ses propos sur les journalistes aux États-Unis comme à l'étranger.

Son attitude envers les médias «est extrêmement inquiétante, évidemment aux États-Unis, pour la liberté de la presse dans ce pays» mais aussi dans le monde entier, a dénoncé à l'AFP le directeur général de RSF, Christophe Deloire, à l'issue d'une conférence de presse à Mexico.

«Il ne cesse par ses mots, sur Twitter, d'être violent à l'égard des journalistes et il y a déjà une forme de radicalisation contre les journalistes qui est inquiétante, (...) c'est un très mauvais exemple qu'il donne», a-t-il ajouté.

Selon le directeur général de RSF, de nombreux despotes ou certains présidents de démocraties aux méthodes autoritaires «s'en serviront, diront : «Regardez, même le président des États-Unis dit que les journalistes sont les personnes les plus malhonnêtes de la Terre»».

RSF présentait à Mexico son rapport sur les périls de la profession de journaliste au Mexique, pays le plus dangereux d'Amérique latine pour exercer ce métier, a informé jeudi l'ONG, avec 99 reporters assassinés entre 2000 et 2016.

«La situation dans de très nombreux États du Mexique est terrible pour les journalistes, avec de plus en plus d'assassinats par les cartels, parfois par des hommes politiques véreux», selon M. Deloire.

RSF pointe notamment l'État du Veracruz, situé le long du golfe du Mexique (est), «la zone la plus dangereuse du continent pour les médias», avec 19 journalistes assassinés durant cette période, dont 17 depuis 2010 lors du mandat «sanglant» du gouverneur Javier Duarte.

Ce gouverneur aujourd'hui en fuite «a participé activement à la création d'un système de surveillance des journalistes» dénonce l'ONG.

Devant les menaces du crime organisé ou la pression des autorités, plusieurs journalistes travaillant dans cet État riche en pétrole ont dû «s'exiler ou garder le silence» selon RSF.

Ancien membre du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) du président Enrique Peña Nieto, Javier Duarte est recherché par Interpol pour blanchiment d'argent et enrichissement illégal. Une récompense de 700 000 dollars a été offerte pour toute information permettant son arrestation.




publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer