Niger: une unité de police formée par les É.-U. contre Boko Haram

Un soldat nigérien.... (Photo AFP)

Agrandir

Un soldat nigérien.

Photo AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse

Une unité d'élite de police composée de 250 hommes formés par les États-Unis va être déployée dans le sud-est du Niger, théâtre de nombreuses attaques du groupe islamiste nigérian Boko Haram, ont indiqué les autorités des deux pays lors d'une cérémonie de fin de formation à Niamey.

Ce nouveau corps d'élite sera basé à Maïné-Soroa, une ville située dans la région de Diffa, avec pour mission de «surveiller la frontière» nigériane, principal théâtre des opérations de Boko Haram.

L'opération est financée par la Global Security Contingency Fund (GSCF), un projet du ministère américain de la Défense, qui a également doté cette unité de police d'importants moyens logistiques.

«Cette compagnie est bien formée et bien équipée», et «va amener un plus dans le travail qui est déjà fait sur le terrain», a déclaré Ider Adamou, secrétaire général du ministère nigérien de l'Intérieur. Sa création entre dans le cadre «des nouvelles mesures sécuritaires» décidées par les autorités, a-t-il précisé.

L'unité doit contribuer à «renforcer les capacités» de la police «dans la sécurisation des populations» et dans la lutte «contre les réseaux criminels transfrontaliers», a souligné Souley Boubacar, patron de la Police nigérienne.

«Le Niger a une réputation de partenaire sérieux, fermement engagé» dans la lutte contre le terrorisme, a relevé Eunice Reddick, l'ambassadrice américaine au Niger.

Depuis février 2015, Boko Haram mène des attaques autour de Diffa, région frontalière du nord-est du Nigeria, fief des insurgés islamistes.

La région de Diffa abrite plus de 300 000 réfugiés et déplacés, dont des  milliers vivent aux dépens d'une population locale déjà très pauvre, selon l'ONU qui demande à la communauté internationale d'accroître son soutien financier pour leur venir en aide.

Malgré des importantes mesures sécuritaires instaurées à Diffa, l'armée du Niger peine à contenir les actions de Boko Haram.

Après trois mois de répit dans la zone, cinq villageois ont été tués et deux autres blessés dans une attaque menée vendredi soir par Boko Haram contre la localité de Toumour dans la région de Diffa (sud-est du Niger), selon les autorités locales.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer