Sécheresse: le Malawi en état de catastrophe naturelle

Un homme transporte à l'aide de son vélo... (PHOTO MIKE HUTCHINGS, ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Un homme transporte à l'aide de son vélo l'aide alimentaire qu'il a reçue du PAM, dans le village de Muzmazi, en banlieue de la capitale Lilongwe, le 3 février. Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU affirme déjà venir en aide aux 3 millions d'habitants du Malawi où 23 districts sur 28 sont touchés par la sécheresse.

PHOTO MIKE HUTCHINGS, ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BLANTYRE, Malawi

Le président du Malawi Peter Mutharika a déclaré mercredi l'état de catastrophe naturelle dans le pays en raison de la terrible sécheresse qui frappe l'Afrique australe tandis que le Mozambique voisin, également touché, va mobiliser près de 10 millions de dollars pour sa population.

«Je déclare le Malawi en état de catastrophe naturelle après les périodes prolongées de sécheresse de la saison agricole 2015/2016», a indiqué Peter Mutharika dans un communiqué.

«Nous estimons à 12 % la chute du volume des récoltes de maïs par rapport à l'an dernier», a-t-il précisé, ajoutant que «plus de gens seront en insécurité alimentaire et auront besoin d'aide humanitaire en 2016/2017».

Mercredi, le Mozambique a annoncé être en «alerte rouge» en raison de la sécheresse et prévoit ainsi le déblocage immédiat de 500 millions de meticals (9,5 millions de dollars) pour l'assistance aux personnes en situation d'insécurité alimentaire.

«Le nombre de personnes en situation d'insécurité alimentaire est passé de 380 000 en janvier à près de 1,5 million», a expliqué à l'AFP Mauricio Xerimba, le directeur du Centre national pour les opérations d'urgence (CENOE).

«Cela ne veut pas dire que les personnes sont en train de mourir de faim, mais que leur stock de nourriture est insuffisant pour faire face aux prochains mois, car les récoltes ont été très mauvaises» précise-t-il.

Sept provinces du centre et du sud du pays sur onze sont concernées, et dans certains districts, plus de 90 % des récoltes ont été détruites.

Le Zimbabwe - également en état de catastrophe naturelle -, le Mozambique, la Zambie et le Malawi souffrent de pénuries de nourriture, faisant planer la menace d'une grave crise alimentaire dans la région.

L'Afrique du Sud, principal exportateur de céréales pour ses voisins enregistre quant à elle sa pire sécheresse depuis plus d'un siècle et va devoir importer six millions de tonnes de maïs cette année, soit la moitié de sa récolte habituelle.

Le Programme alimentaire mondial (PAM) de l'ONU affirme déjà venir en aide aux 3 millions d'habitants du Malawi où 23 districts sur 28 sont touchés par la sécheresse.

«La sécheresse actuelle au Malawi s'est ajoutée aux mauvaises récoltes de l'an passé en raison des inondations qui avaient touché plusieurs zones du pays», a expliqué à l'AFP le porte-parole du PAM pour l'Afrique australe.

«La situation est assez désespérée et nous pensons que le pire est à venir. Cela devrait prendre longtemps avant que la situation s'améliore. Les améliorations des prochains mois devraient être négligeables», prédit-il.

En février, le PAM avait tiré la sonnette d'alarme indiquant que le Malawi faisait face à la pire situation d'insécurité alimentaire depuis dix ans.

Au Zimbabwe voisin, un quart de la population est en situation d'insécurité alimentaire soit 2,8 millions de personnes et le PAM aide environ 730 000 habitants.

Cette sécheresse est aggravée par le phénomène El Niño, courant chaud équatorial du Pacifique qui réapparaît tous les cinq à sept ans et connaît cette année une forte intensité, causant à la fois des sécheresses dans certaines zones et de graves inondations dans d'autres.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer