Égypte: les touristes blessés dans un état stable, nouvelles mesures de sécurité

Cet incident dont les circonstances restent confuses a... (PHOTO TAMER HASSAN, AFP)

Agrandir

Cet incident dont les circonstances restent confuses a été revendiqué par le groupe djihadiste État islamique (EI) qui soutient avoir visé des «touristes juifs».

PHOTO TAMER HASSAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Haitham EL-TABEI
Agence France-Presse
HOURGHADA

Trois touristes européens blessés dans une attaque dans une station balnéaire en Égypte se trouvaient samedi dans un état stable, un témoin racontant comment les assaillants ont surgi dans l'hôtel et commencé à poignarder les clients.

Un couple âgé d'Autrichiens et un jeune Suédois ont été blessés au couteau dans l'attaque vendredi soir contre l'hôtel Bella Vista à Hourghada sur la mer Rouge, qui risque de porter un nouveau coup dur au tourisme.

Les trois blessés « quitteront l'hôpital aujourd'hui [samedi] », a indiqué dans un communiqué le ministre du Tourisme, Hicham Zazou, qui s'est rendu sur place.

Il a affirmé que les autorités annonceraient « dans les prochains jours de nouvelles mesures de sécurité pour protéger tous les touristes visitant l'Égypte », après avoir dit que les deux assaillants avaient agi seuls.

Vendredi soir, la police a tué l'un des deux attaquants, un étudiant égyptien d'une vingtaine d'années, et blessé grièvement le second, a indiqué le ministère de l'Intérieur en précisant qu'ils étaient munis d'une « arme sonore ».

« Tout s'est passé très vite », a expliqué à l'AFP le père de la victime suédoise, Sammie Olovsson, 27 ans, transporté dans un hôpital de la station balnéaire.

« Mon fils et moi étions en train de manger au restaurant » quand deux hommes ont surgi, « ont pris des couteaux et essayé d'atteindre Sammie là », a-t-il raconté en montrant son torse.

« Puis [ils] ont dit ''à terre'' et nous avons obtempéré », a-t-il ajouté. « J'ai dit à mon fils qui saignait de ne pas bouger. J'ai relevé la tête à deux reprises et ils étaient là avec des pistolets ».

Drapeau de l'EI? 

L'hôtel a publié sur sa page Facebook les photos des deux victimes autrichiennes tout sourire dans leur chambre d'hôpital. C'est un couple de 72 ans, selon un médecin.

« L'enquête se poursuit », a déclaré le ministre du Tourisme aux journalistes à Hourghada. « Mais ce que l'on peut dire c'est que les assaillants ne font partie d'aucune organisation [...] Cela me paraît un peu amateur ».

Un employé du restaurant a toutefois indiqué que les deux assaillants étaient entrés dans l'hôtel avec un drapeau noir ressemblant à celui du groupe djihadiste État islamique (EI).

« La porte s'est ouverte et un homme est apparu avec un couteau et un tissu noir avec le symbole de [l'EI] dessus », a-t-il affirmé à l'AFP, sous le couvert de l'anonymat. Un autre assaillant portait un pistolet.

L'un d'eux « a lancé ''il n'y a de Dieu que Dieu, nous allons faire exploser cet endroit'' », a ajouté l'employé. Puis le premier « a attaqué les clients attablés avec un couteau ».

Nouvelle attaque au Caire 

Depuis que l'armée a destitué le président islamiste Mohamed Morsi en juillet 2013, l'Égypte est en proie à de nombreuses attaques djihadistes, qui visent principalement les forces de sécurité.

L'attaque de Hourghada est survenue au lendemain d'une autre contre un bus de tourisme près d'un hôtel du Caire, où résidaient des touristes arabes israéliens. L'EI a revendiqué l'attaque du Caire, qui n'a pas fait de victime et décrite par les autorités comme de simples faits de vandalisme.

Samedi, l'EI a revendiqué une nouvelle attaque près du Caire dans laquelle un colonel de police et un conscrit ont été tués par balles alors qu'ils se rendaient au travail.

Le tourisme en Égypte est déjà frappé de plein fouet après l'explosion en vol fin octobre dans le Sinaï d'un avion de touristes russes parti de la station balnéaire de Charm el-Cheikh (224 morts). L'EI a affirmé avoir placé une bombe à bord de l'avion.

Un mois plus tôt, huit touristes mexicains avaient été tués « par erreur » par les forces égyptiennes alors qu'ils étaient en excursion au coeur du vaste désert occidental, à 250 km au sud-ouest du Caire.

En juin, l'Égypte avait également été le théâtre d'une attaque suicide manquée de justesse contre des touristes à Louxor (sud).

Le tourisme, qui constitue l'une des principales ressources de devises de l'Égypte, est affecté par des années d'instabilité politique consécutives à la révolte ayant chassé Hosni Moubarak du pouvoir en 2011.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer