Cameroun: deux femmes se font exploser, faisant cinq morts

Un convoi de soldats camerounais patrouillent dans les... (Photo REINNIER KAZE, archives AFP)

Agrandir

Un convoi de soldats camerounais patrouillent dans les rues de Dabanga, en juin 2014. La ville est visée pour la première fois par un attentat-suicide, bien que Boko Haram sévisse dans la région.

Photo REINNIER KAZE, archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
YAOUNDÉ

Cinq personnes ont été tuées samedi soir dans un double attentat-suicide commis par deux femmes à Dabanga, dans l'Extrême-nord du Cameroun, a appris l'AFP auprès du gouverneur de cette région.

«Deux femmes se sont fait exploser vers 18 heures» à Dabanga, a affirmé Midjiyawa Bakary, gouverneur de la région de l'Extrême-nord.

«Le bilan provisoire est de sept morts, dont les deux kamikazes», a-t-il ajouté. De même source, deux militaires déployés dans le cadre de la lutte contre le groupe islamiste nigérian Boko Haram ont été «grièvement blessés» lors du double attentat.

Une première kamikaze a actionné sa charge explosive dans une maison d'habitation tandis qu'une seconde l'a fait «près d'un atelier de soudure», a expliqué  Midjiyawa Bakary.

Dabanga est un petite ville de transit sur la route menant à Kousseri, près du Tchad. Un petit cours d'eau la sépare du premier village nigérian.

C'est à Dabanga que la famille française Moulin-Fournier avait été enlevée en 2013, avant d'être libérée. La ville est visée pour la première fois par un attentat-suicide.

Il y a une semaine, quatre femmes kamikazes s'étaient fait exploser dans les environs de Fotokol, dans la même région du Cameroun, où sévit Boko Haram, tuant cinq civils, dont un chef traditionnel.

Fotokol est régulièrement la cible d'attaques transfrontalières de Boko Haram. Ainsi, le 9 novembre, trois civils avaient été tués au cours de l'attentat-suicide mené par deux femmes kamikazes près d'une mosquée à Fotokol.

Plus de 100 morts depuis juillet

Au total, plus de 100 personnes ont péri dans l'Extrême-nord camerounais dans une vingtaine d'attentats attribués aux islamistes nigérians depuis le mois de juillet.

Les attaques sont rarement revendiquées par Boko Haram, qui a régulièrement recours à des jeunes filles pour mener ses attentats-suicides.

Si elle a contenu l'expansion territoriale de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria, la coalition régionale militaire regroupant les pays riverains du lac Tchad (Nigeria, Tchad, Cameroun, Niger) ainsi que le Bénin n'arrive pas à réduire significativement les activités des islamistes nigérians. Ceux-ci poursuivent régulièrement leurs attaques, notamment les attentats-suicides dont sont essentiellement victimes les civils, musulmans comme chrétiens.

L'insurrection de Boko Haram et sa répression ont fait au moins 17.000 morts et plus de 2,5 millions de déplacés depuis 2009 au  Nigeria.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer