Burundi: l'opération de désarmement se poursuit à Bujumbura

Des policiers et des soldats patrouillent dans les... (PHOTO ASSOCIATED PRESS)

Agrandir

Des policiers et des soldats patrouillent dans les rues de Bujumbura, le 8 novembre.

PHOTO ASSOCIATED PRESS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Esdras NDIKUMANA
Agence France-Presse
NAIROBI

Les forces de l'ordre burundaises poursuivaient dimanche leur opération de désarmement dans des quartiers acquis à l'opposition de Bujumbura, où neuf personnes ont été tuées dans la nuit. Le président rwandais Paul Kagame a accusé son voisin burundais de « massacrer » son peuple.

Le Conseil de sécurité de l'ONU doit se réunir lundi, à la demande de la France, pour évoquer l'escalade des tensions dans ce pays.

Le chef de l'État burundais Pierre Nkurunziza, dont la réélection pour un troisième mandat a plongé son pays dans une crise majeure depuis six mois, avait donné à ses opposants jusqu'à samedi soir pour « déposer les armes » en échange d'une amnistie, ses proches tenant des propos incendiaires faisant redouter des violences ethniques à grande échelle.

Dans une virulente charge publique, M. Kagame a estimé que la situation au Burundi « rappelle un peu celle qui a prévalu ici » au Rwanda en 1994 lors du génocide, qui en à peine 100 jours à partir d'avril 1994 a fait environ 800 000 morts, essentiellement parmi la minorité tutsi.

« Les gens meurent tous les jours [au Burundi], les cadavres jonchent les rues ». « Ils [les Burundais] auraient dû tirer les leçons de ce qui s'est passé ici », a déclaré M. Kagame, dans un discours prononcé vendredi dont l'AFP a eu connaissance dimanche.

« Ce sont des propos inappropriés d'une agressivité inouïe », a réagi auprès de l'AFP Willy Nyamitwe, conseiller principal présidentiel en communication.

Les relations entre le Rwanda et le Burundi sont au plus bas, Bujumbura accusant Kigali de soutenir ses opposants.

À Bujumbura, des centaines de policiers ont encerclé dimanche à l'aube le quartier contestataire de Mutakura, dans le nord de la capitale - déserté par ses habitants - où ils ont procédé à des fouilles systématiques, selon des témoignages.

« L'opération de désarmement forcé est en cours depuis ce matin à Mutakura et elle se déroule dans le calme jusqu'à cette heure », a annoncé dans l'après-midi à l'AFP Remy Barampama, l'administrateur de la commune de Ntahangwa, qui englobe Mutakura.

« Des fusils et des grenades ont déjà été saisis, [...], mais sachez que l'opération ne fait que commencer et qu'elle devra se poursuivre dans les jours qui viennent », a-t-il affirmé.

La police a présenté à des journalistes à la mi-journée une dizaine de fusils et des grenades.

« J'appelle la population à la sérénité car elle voit bien que les forces de l'ordre ne leur font aucun mal », a lancé M. Barampama, appelant les habitants « à regagner leurs maisons tout en se désolidarisant des criminels armés qui les ont pris en otage ».

Exécution

Neuf personnes ont été tuées dans la nuit dans l'attaque d'un bar dans un autre quartier d'opposants du sud de la capitale, dans un scénario faisant penser à une exécution, selon le maire et des sources médicales.

« Ils leur ont tiré dessus froidement, c'était vraiment une exécution », a déclaré le maire de Bujumbura, Freddy Mbonimpa.

Des témoins ont affirmé que « ces gens étaient en tenue policière », accusant « des agents de police et des Imbonerakure (ligue des jeunes du parti au pouvoir) d'être responsables de ce massacre ».

Plusieurs quartiers du sud de la capitale ont été en pointe dans la contestation du troisième mandat présidentiel. Des insurgés armés, qui se nomment eux-mêmes « les résistants », y sont présents, selon des sources concordantes.

Selon le maire, « les quartiers contestataires, surtout ceux situés dans le nord, se sont pratiquement vidés de tous leurs habitants ».

Pris de panique, les habitants des quartiers de Mutakura et Cibitoke, hauts lieux de la contestation antigouvernementale et où l'on recense chaque jour plusieurs morts, ont fui à l'arrivée des forces de l'ordre.

Marie, une quinquagénaire de Mutakura réfugiée dans un autre quartier avec ses enfants, « n'a pas fermé l'oeil de la nuit ».

« Je pensais à mon mari resté à Mutakura, qu'il allait mourir et même qu'ils allaient nous pourchasser jusque dans ce quartier ».

Au moins 200 personnes sont mortes depuis le début de la crise fin avril, et 200 000 ont fui le pays.

La présidence a tenté samedi de rassurer, assurant qu'il n'y aurait ni « guerre » ni « génocide » au Burundi. La communauté internationale - dont Washington et l'ONU - redoute des violences ethniques à grande échelle dans ce petit pays d'Afrique des Grands Lacs densément peuplé avec plus de 10 millions d'habitants.

L'histoire du Burundi est marquée par des massacres entre Hutu et Tutsi et une longue guerre civile qui a fait 300 000 morts entre 1993 et 2006, ruinant l'économie, essentiellement agricole.

C'est la candidature du président Nkurunziza à un troisième mandat, contraire, selon les opposants burundais, à la Constitution et à l'accord d'Arusha ayant mis fin à la guerre civile, qui a plongé le Burundi dans cette nouvelle crise.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer