Prises d'otages au Mali: 13 personnes tués, selon le bilan définitif

Des impacts de balles sont visibles sur un... (Photo archives AFP)

Agrandir

Des impacts de balles sont visibles sur un mur de l'hotel Byblos, dans la ville de Sevaré, où la prise d'otages a eu lieu.

Photo archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
BAMAKO

Treize personnes, dont cinq contractuels de l'ONU, quatre soldats maliens et «quatre terroristes», ont été tuées lors de la prise d'otages vendredi dans un hôtel de Sévaré, dans le centre du Mali, selon un nouveau bilan communiqué dimanche par le gouvernement malien.

«Le bilan définitif» comprend «quatre soldats des Fama», les forces armées maliennes, «cinq contractuels de la Mission de l'ONU au Mali et quatre terroristes tués» durant les opérations lors de l'attaque de l'hôtel Byblos de Sévaré, a indiqué le gouvernement dans ce communiqué.

Les cinq contractuels de la Mission de l'ONU au Mali (Minusma) sont formés «d'un chauffeur malien, d'un Sud-Africain, de deux Ukrainiens et d'un Népalais».

En outre, «sept suspects ont été arrêtés» par les forces maliennes qui comptent «huit blessés» dans leurs rangs, selon le communiqué.

Par ailleurs, «quatre otages libérés» par l'armée malienne dont deux Ukrainiens, un Russe et un Sud-Africain sont «en bonne santé», selon la même source.

«Des enquêtes sont en cours en relation avec la Minusma et d'autres partenaires pour déterminer les facteurs liés à cette attaque et à son dénouement», a ajouté le gouvernement malien.

L'attaque de vendredi n'a pas été revendiquée.

«De forts soupçons pèsent» sur le Front de libération du Macina (FLM), un «groupe terroriste qui tient à faire parler de lui par tous les moyens», a indiqué à l'AFP une source militaire jointe à Sévaré depuis Bamako.

Le Macina est une appellation traditionnelle d'une partie du centre du Mali.

Apparu début 2015, le FLM est présenté comme un groupe radical allié à Ansar Dine, dirigé par Iyad Ag Ghali. Ansar Dine est une des organisations djihadistes liées à Al-Qaïda qui ont contrôlé le nord du Mali près de dix mois entre 2012 et début 2013.

Le FLM qui recrute essentiellement dans la communauté peule et est mentionné dans des rapports de Human Rights Watch (HRW) et de l'ONU, a revendiqué plusieurs attaques visant surtout les forces de sécurité dans cette région centrale du Mali.

Des assaillants, non identifiés et dont le nombre demeure inconnu, ont fait irruption vendredi vers 05H00 (locales et GMT), selon le gouvernement, au Byblos de Sévaré, où séjournent régulièrement des expatriés.

Ils en ont été délogés dans la nuit de vendredi à samedi par les forces maliennes.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer