Pas de menaces d'attentat anti-juif en Tunisie

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.... (Photo Ammar Awad, archives AP)

Agrandir

Le premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu.

Photo Ammar Awad, archives AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
TUNIS

Un responsable du ministère tunisien de l'Intérieur a démenti samedi soir l'existence de menaces d'attentat anti-juif ou anti-israélien en Tunisie comme évoqué par le bureau du premier ministre israélien Benjamin Netanyahu.

«Nous n'avons rien là-dessus. Il n'y a pas de menaces» d'attentat, a déclaré à l'AFP ce responsable qui a requis l'anonymat.

Plus tôt dans la soirée, le bureau chargé de la lutte contre le terrorisme dépendant de Benjamin Netanyahu avait fait état dans un communiqué de «menaces élevées et concrètes» d'attentats anti-juifs ou anti-israéliens en Tunisie, qui se sont précisées, selon le texte, à l'approche de la fête juive de Lag Ba'Omer, célébrée cette année le 7 mai.

Cette fête est l'occasion de pèlerinages sur la tombe de grands rabbins en Israël, mais aussi en Tunisie, notamment sur l'île de Djerba (sud), où vit l'une des principales communautés juives du monde arabe. Le pèlerinage de la Ghriba, du nom de la plus ancienne synagogue d'Afrique qui se trouve à Djerba, est prévu cette année les 6 et 7 mai.

Chaque année, des pèlerins, venus surtout de France et d'Israël, se rendent pour la fête de Lag Ba'Omer à Djerba. Le 11 avril 2002, un attentat meurtrier attribué à Al-Qaïda avait visé la synagogue de la Ghriba.

Le bureau israélien chargé de la lutte contre le terrorisme conseille, au vu de ces «menaces», de ne pas rendre en Tunisie.

«Toutes les mesures ont été prises (...) pour garantir la réussite du pèlerinage de la Ghriba. Les forces de l'ordre ainsi que l'armée sont prêtes pour en assurer la sécurité», a répliqué le responsable du ministère tunisien de l'Intérieur.

La Tunisie fait face depuis la révolution de 2011 à un essor de la mouvance djihadiste, qui a tué plusieurs dizaines de militaires et de policiers.

Le 18 mars, pour la première fois depuis le soulèvement de janvier 2011, des civils ont été visés par un attentat au musée du Bardo à Tunis, qui a fait 22 morts: 21 touristes étrangers et un policier tunisien.

L'assaut, revendiqué par l'organisation État islamique (EI), a été mené par deux jeunes Tunisiens qui se sont, selon les autorités, formés au maniement des armes dans la Libye voisine, livrée au chaos.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer