Nigeria: cinq morts dans un attentat-suicide

Une bombe avait explosé au marché de Potiskum... (Photo Adamu Adamu, archives Associated Press)

Agrandir

Une bombe avait explosé au marché de Potiskum lundi.

Photo Adamu Adamu, archives Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Kano

Un kamikaze s'est fait exploser vendredi soir à proximité d'un marché très fréquenté de Gombe, dans le nord-est du Nigeria, faisant au moins cinq morts et 11 blessés, a déclaré un responsable des secours à l'AFP.

Selon plusieurs témoins, le kamikaze a déclenché ses explosifs vers 19h25 dans le quartier du grand marché de Kasuwar Arawa, à Gombe, la capitale de l'État du même nom, non loin de l'université publique de la ville.

«Il s'agit d'un attentat-suicide», a déclaré à l'AFP Saidu Ahmed Minin, le chef des opérations des services de secours nigérians (NEMA) de Gombe. «Six personnes ont été tuées, dont le kamikaze, et 11 autres ont été blessés», a-t-il ajouté.

L'attentat n'a pas été revendiqué, mais la ville de Gombe a fait l'objet de plusieurs attaques-suicide et à la bombe, visant souvent des stations de bus et des casernes militaires.

Les blessés ont été transportés à l'hôpital spécialisé de Gombe, où ils ont été soignés par des travailleurs humanitaires et des infirmières, les médecins étant en grève, selon un travailleur humanitaire sur place.

La zone du marché touchée compte plusieurs stands de recharge de téléphones portables, qui fonctionnent sur générateurs électriques pendant les longues heures de coupure de courant quotidiennes.

«Le kamikaze s'est fondu dans la foule de gens qui attendaient pour faire recharger leur téléphone, et il s'est fait exploser» a rapporté Idris Babandada, un chauffeur de taxi moto  qui était posté en bordure du marché au moment de l'attentat.

«L'explosion a secoué tout le quartier» a-t-il décrit à l'AFP au téléphone.

Le marché de Kasuwar Arawa, qui vend des légumes et de la viande, est très populaire parce qu'il ouvre tôt le matin et ne ferme que tard dans la soirée.

Une foule s'est regroupée peu après l'explosion pour manifester sa colère, brûlant les affiches de la campagne électorale en signe de protestation.

Boko Haram s'est emparé de plus d'une vingtaine de localités dans le nord-est du Nigeria ces derniers mois, où le groupe affirme avoir créé un «califat» islamique.

L'insurrection de Boko Haram et sa répression par l'armée nigériane ont fait plus de 13 000 morts et 1,5 million de déplacés dans le pays depuis 2009.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer