• Accueil > 
  • International 
  • > Malala: 8 jours de dépenses militaires financeraient l'école pour tous 

Malala: 8 jours de dépenses militaires financeraient l'école pour tous

«Cette somme peut sembler énorme, mais en réalité... (PHOTO VEGARD WIVESTAD GROTT, AP/NTB)

Agrandir

«Cette somme peut sembler énorme, mais en réalité ce n'est pas le cas du tout», a dit la jeune Pakistanaise au Sommet d'Oslo sur l'éducation pour le développement.

PHOTO VEGARD WIVESTAD GROTT, AP/NTB

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
OSLO

L'équivalent de huit jours de dépenses militaires suffirait à financer une scolarité gratuite pour tous les enfants du monde, a affirmé mardi à Oslo la lauréate du prix Nobel de la paix, Malala Yousafzai.

Une scolarité obligatoire et universelle de 12 ans coûterait environ 39 milliards de dollars annuellement, selon les estimations du Fonds Malala, ONG fondée par la lauréate.

«Cette somme peut sembler énorme, mais en réalité ce n'est pas le cas du tout», a dit la jeune Pakistanaise au Sommet d'Oslo sur l'éducation pour le développement.

«En fait, et malheureusement, 39 milliards de dollars ne représentent que huit jours de dépenses militaires» à l'échelle mondiale, a-t-elle déclaré à l'occasion de son retour dans la capitale norvégienne, pour la première fois depuis la remise du prix Nobel de la paix en décembre.

L'appel est lancé à une semaine d'une Conférence internationale sur le financement du développement à Addis-Abeba, en Éthiopie, où des chefs d'État et de gouvernement discuteront de nouveaux objectifs.

«Mon message est qu'avec ces objectifs l'éducation secondaire serait assurée», a affirmé la militante, à quelques jours de ses 18 ans.

«L'argent pour envoyer chaque enfant à l'école primaire et au collège gratuitement est là», a ajouté celle qui en 2012 avait été grièvement blessée d'une balle dans la tête par des talibans hostiles à la scolarisation des filles.

Malala milite pour que dans le prochain plan Objectifs du millénaire pour le développement succédant à celui couvrant la période 2000-2015, soit mentionné l'enseignement secondaire universel, et non plus seulement l'enseignement primaire.

Un rapport publié lundi par l'ONU mentionne que ces Objectifs ont permis de faire monter à 91 % la scolarisation au primaire des enfants des pays en développement, contre 83 % en 2000. «Le nombre d'enfants non scolarisés en âge de fréquenter l'école primaire a été réduit quasiment de moitié dans le monde, passant de 100 millions en 2000 à environ 57 millions en 2015», a aussi souligné l'ONU.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer