Mostra: des films surprenants et dérangeants en compétition

Paolo Baratta (à gauche), président de la Mostra,... (PHOTO AP)

Agrandir

Paolo Baratta (à gauche), président de la Mostra, en compagnie du directeur artistique, Alberto Barbera.

PHOTO AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Laure Brumont
Agence France-Presse
Rome

La Mostra de Venise a choisi cette année (2-12 septembre) de mettre l'accent sur des thèmes ancrés dans la réalité ou en prise avec l'Histoire, avec des films «surprenants, inattendus et dérangeants» selon son directeur artistique Alberto Barbera.

Le festival de cinéma le plus ancien au monde (72e édition) présente cette année «un panorama complet de la réalité du cinéma contemporain», a expliqué M. Barbera lors d'une conférence de presse à Rome.

«Venise reste un point de référence dans la saison des festivals de l'automne, malgré la concurrence toujours plus forte (notamment celle de Toronto, du 10 au 20 septembre, ndlr) et les difficultés auxquelles nous nous heurtons pour maintenir la Mostra», a souligné pour sa part son président, Paolo Baratta.

Les spectateurs assisteront «au retour de grands réalisateurs, mais également à la venue de nombreux débutants», a détaillé M. Barbera, en évoquant un programme «très varié, avec des oeuvres expérimentales et de grands films d'auteur».

M. Barbera promet aussi «des films hollywoodiens et à grand spectacle, tels que les aime le public».

La piscine revisitée

De nombreuses stars américaines sont attendues sur le Lido, comme Johnny Depp (hors compétition avec Black Mass de Scott Cooper), ainsi que presque toute la distribution du film d'ouverture (hors compétition), Everest de l'Islandais Baltasar Kormàkur: Josh Brolin, Robin Wright, Keira Knightley et Jake Gyllenhaal.

Les organisateurs espèrent aussi (toujours hors compétition) la venue d'Anthony Hopkins (Go with Me de Daniel Alfredson), Michael Keaton, Mark Ruffalo et Rachel McAdams (pour Spotlight de Thomas McCarthy), ainsi que celles de Robert de Niro, Leonardo di Caprio et Brad Pitt, tous trois réunis pour jouer leur propre rôle dans un court métrage promotionnel de Martin Scorsese (The Audition).

Les Britanniques Ralph Fiennes (The English Patient, Schindler's List) et Tilda Swinton (Michael Clayton) fouleront eux avec certitude le tapis rouge, aux côtés de la jeune Américaine Dakota Johnson (Fifty Shades of Grey) et du Belge Matthias Schoenaerts (Suite française, De rouille et d'os), pour l'un des films les plus attendus de la compétition: A Bigger Splash de l'Italien Luca Guadagnino, un remake du thriller français La piscine.

L'actualité et l'Histoire constituent les thèmes phares de cette 72e édition, pour laquelle 21 films se disputeront le Lion d'or.

Ainsi, dans Rabin, the Last Day, Amos Gitaï racontera le dernier jour, le 4 novembre 1995, du Premier ministre israélien Yitzhak Rabin, assassiné à Tel-Aviv à la fin d'une manifestation en faveur de la paix avec les Palestiniens.

Dans Remember, le Canadien Atom Egoyan s'est approprié quant à lui l'histoire d'un homme âgé, joué par Christopher Plummer, qui part aux États-Unis se venger après avoir découvert que le nazi qui a assassiné sa famille y vit sous une fausse identité.

Le cinéma latino-américain n'est pas en reste: dans Desde allà, le Vénézuélien Lorenzo Vigas évoque les penchants pédophiles et homosexuels d'un patron de société pharmaceutique quinquagénaire, tandis que El Clan de l'Argentin Pablo Trapero raconte l'histoire vraie de la famille Puccio, spécialisée dans le kidnapping et le meurtre dans les années 1980.

D'autres films abordent des sujets plus intemporels, tels L'Attesa de l'Italien Piero Messina, qui décrit l'attente en Sicile d'un jeune garçon par deux femmes, les comédiennes françaises Juliette Binoche et Lou de Laâge.

Dans un registre totalement différent, le Français Yann Arthus-Bertrand dévoilera son nouveau documentaire, Human, lors d'une projection spéciale à la fois à Venise et devant l'assemblée générale de l'ONU à New York.

Présidé par le réalisateur mexicain Alfonso Cuaron, le jury de cette édition comprend notamment l'écrivain et scénariste français Emmanuel Carrère, l'actrice allemande Diane Kruger et le réalisateur taïwanais Hou Hsiao-hsien.

Le réalisateur français Bertrand Tavernier (L'horloger de Saint-Paul, Coup de torchon, Capitaine Conan, Ça commence aujourd'hui, La princesse de Montpensier) y recevra un Lion d'or pour l'ensemble de sa carrière.

Les 21 films en compétition

Abluka de Emin Alper (Turquie-France-Qatar)

Heart of a Dog de Laurie Anderson (États-Unis)

Sangue del mio sangue de Marco Bellocchio (Italie-France-Suisse)

Looking for Grace de Sue Brooks (Australie)

Equals de Drake Doremus (États-Unis)

Remember de Atom Egoyan (Canada-Allemagne)

Beasts of No Nation de Cary Fukunaga (États-Unis)

Per amor vostro de Giuseppe M. Gaudino (Italie-France)

Marguerite de Xavier Giannoli (France-Belgique-République tchèque)

Rabin, the last day d'Amos Gitaï (Israël-France)

A Bigger Splash de Luca Guadagnino (Italie-France)

The Endless River de Oliver Hermanus (Afrique du Sud-France)

The Danish Girl de Tom Hooper (Grande-Bretagne-États-Unis)

Anomalisa de Charlie Kaufman et Duke Johnson (États-Unis)

L'attesa de Piero Messina (Italie-France)

11 minut de Jerzy Skolimowski (Pologne-Irlande)

Francofonia de Aleksandr Sokurov (France-Allemagne-Pays-Bas)

El Clan de Pablo Trapero (Argentine-Espagne)

Desde allà de Lorenzo Vigas (Venezuela-Mexique)

L'hermine de Christian Vincent (France)

Behemoth de Zhao Liang (Chine-Francia)

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer