Les cannoiseries du vendredi 19 mai

Jake Gyllenhaal... (PHOTO Valery HACHE, AGENCE FRANCE-PRESSE)

Agrandir

Jake Gyllenhaal

PHOTO Valery HACHE, AGENCE FRANCE-PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(La Presse à Cannes) Les nouvelles de la Croisette de notre envoyé spécial.

Gyllenhaal s'attaque à Trump

On avait rencontré le Jake Gyllenhaal bouffon et comique du jury de la compétition de Cannes, il y a deux ans. Vendredi, en conférence de presse du film Okja, fable environnementaliste dont il est l'une des têtes d'affiche, l'acteur américain ne s'est pas fait prier pour s'attaquer à Donald Trump, sans toutefois le nommer. « Je ne crois pas qu'il y ait un meilleur temps pour voir ce film et ce qu'il dit sur l'environnement qu'en ce moment, étant donné le climat politique actuel, a-t-il déclaré. En particulier dans mon pays, je dirais, où l'on a reculé de plusieurs décennies en cette matière, sinon plus. » Il en a rajouté une couche quelques minutes plus tard, provoquant des applaudissements chez les journalistes : « Aussi, j'aimerais ajouter que je suis très enthousiasmé par la nomination de Robert Mueller ! » M. Mueller, un ancien directeur du FBI, dirige l'enquête sur les liens entre l'équipe de Donald Trump et la Russie.

Affiche du film Yol, sorti en 1982 et lauréat... (Image fournie par la production) - image 2.0

Agrandir

Affiche du film Yol, sorti en 1982 et lauréat de la Palme d'or

Image fournie par la production

La Palme la plus politique en version allongée

Dans le cadre du 70e anniversaire du Festival de Cannes, et 35 ans après sa célèbre Palme d'or, Yol de Yilmaz Güney est présenté aujourd'hui dans le cadre du programme Cannes Classics, dans une version allongée inédite qui respecte le plan de montage initial et le scénario original du regretté cinéaste kurde (qui aurait eu 80 ans). Grâce à des recherches, on a retrouvé, numérisé et monté des séquences que l'on croyait perdues. L'image et le son ont aussi été restaurés. En 1982, Güney avait reçu la Palme d'or pour ce film écrit depuis une prison turque qu'il a mis en scène, par procuration, par le truchement de lettres destinées à son collaborateur Serif Giren. Quelque 27 minutes du récit avaient dû être coupées au montage au dernier moment afin de satisfaire aux exigences du Festival de Cannes. Évadé de prison, puis en exil en France, où il a terminé son film, Güney, porte-étendard moderne de la répression des populations kurdes, a pu venir chercher sa Palme d'or en mains propres à Cannes. La première, ironiquement, décernée à un cinéaste turc. Yilmaz Güney a succombé deux ans plus tard à un cancer, à 47 ans.

La une du magazine Hollywood Reporter... (Photo fournie par Marc Cassivi) - image 3.0

Agrandir

La une du magazine Hollywood Reporter

Photo fournie par Marc Cassivi

L'Ontario montre son plus beau profil

En page couverture vendredi du numéro cannois du magazine The Hollywood Reporter - lu par toute l'industrie -, l'Ontario montrait son plus beau profil avec une publicité pleine page. La province vantait, sous le titre « Ontario sparks creativity » (l'Ontario déclenche la créativité), ses quelque 10 000 lieux de tournage et les incitatifs et rabais fiscaux de 21,5 % consentis aux équipes de tournage étrangères. La dernière page du magazine était quant à elle consacrée au nouveau film du cinéaste ontarien Bruce McDonald, Weirdos. On attend la réplique du Québec.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer