À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      Yan England honoré de sa présélection aux Oscars

      Yan England... (La Presse Canadienne)

      Agrandir

      Yan England

      La Presse Canadienne

      Partager

      Le comédien, animateur et réalisateur Yan England a eu la surprise de sa vie en plein milieu de la nuit dernière: il a appris que son court métrage Henry faisait partie de la liste des 11 films retenus pour le deuxième tour de la catégorie «Live Action Shorts».

      «C'est une très belle nouvelle. Je suis très heureux pour le film et je suis très heureux pour tous les membres de l'équipe qui ont travaillé, souvent gratuitement, sur ce projet. Ils l'ont fait par amour du cinéma, a indiqué ce matin M. England en entrevue avec lapresse.ca.

      Mettant en vedette Gérard Poirier et Marie Tifo, le film traite avec humanité de la question de la maladie d'Alzheimer. Présenté en première mondiale en août 2011 au Rhode Island International Film Festival, le court métrage y avait d'ailleurs remporté le premier prix de sa catégorie.

      Animateur à l'émission du réveil à CKOI, M. England a l'habitude de se coucher tôt. Ce fut le cas hier soir alors qu'il est allé au lit vers 20h. «Mais je dormais mal et vers deux heures du matin, j'ai décidé de vérifier mes courriels, raconte-t-il. Je me demandais ce qui se passait parce que j'avais reçu quelques courriels de félicitations dont un d'Éric Salvail. Puis, j'ai lu un autre courriel de l'Académie des Oscars me félicitant pour mon passage au second tour.»

      Inutile de dire que le jeune homme n'a plus dormi de la nuit. «J'ai tout de suite rédigé un courriel de félicitations à tous les membres de l'équipe, dit-il. Cette histoire est tout à fait inattendue. C'est tellement fantastique de me retrouver dans cette position que je ne peux être plus heureux, peu importe ce qui va se passer par la suite.»

      Inspiré de son grand-père

      En entrevue avec La Presse en février dernier, M. England expliquait que c'est l'histoire de son grand-père qui avait inspiré le film.

      «Dans le film, on entend le personnage principal demander s'il a été un homme bon. Tout est parti de là, de ce moment passé un jour avec mon grand-papa et ma mère, disait alors M. England. Jusqu'à 92 ans, mon grand-père maternel avait vécu une vie exceptionnelle. Né en Italie, il a travaillé dans les services secrets en Angleterre durant la Seconde Guerre mondiale, il a été producteur de films, etc. Et puis, un jour, après une si grande vie, il nous a posé cette question.»

      Comédien, M. England est bien connu aussi pour ses nombreux rôles, tant dans des émissions pour adultes (Yamaska, Les rescapés) que jeunesse (Une grenade avec ça?). Henry est le second court métrage qu'il réalise et il a d'autres projets de réalisation en tête.

      Les 11 courts métrages encore en lice pour les Oscars ont été choisis parmi 125 candidatures. Ils sont maintenant engagés dans une course au terme de laquelle entre trois et cinq films seront retenus pour la grande soirée qui aura lieu le 24 février.

      Rappelons que c'est le film Rebelle de Kim Nguyen qui représente le Canada dans la course à l'Oscar du meilleur long métrage en langue étrangère. On saura le 2 janvier si ce film produit par Item 7 fera partie du deuxième tour.

      L'annonce des finalistes dans toutes les catégories aura lieu le 10 janvier à 5h30, heure du Pacifique.

      Partager

      publicité

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      publicité

      Autres contenus populaires

      image title
      Fermer