Wall Street conclut le trimestre sur une baisse

«Il y a eu quelques indicateurs ce matin,... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

«Il y a eu quelques indicateurs ce matin, un ou deux rachats d'entreprises, mais il ne passe pas grand-chose», a souligné Dan Greenhaus, de BTIG, estimant que ce manque de tendance devrait durer lors des prochaines séances.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

Wall Street a baissé mardi, continuant à zigzaguer au lendemain d'une nette hausse, nerveuse face à de nombreuses interrogations et des éléments techniques liés à la fin du trimestre: le Dow Jones a perdu 1,11% et le Nasdaq 0,94%.

La Bourse de Toronto a clôturé la séance de mardi essentiellement au même niveau que la veille, pendant que les discussions avec l'Iran évoquaient la possibilité que le marché se retrouve avec une offre encore plus grande de pétrole brut.

Le dollar canadien s'est pour sa part apprécié après la publication des données sur le produit intérieur brut de janvier, qui a montré un déclin inférieur à celui attendu par les économistes. Le huard a gagné 0,17 cent US à 78,95 cents US.

---------------

Les marchés à la fermeture:

  • TSX 14 902,44 / -5,95 (-0,04%)
  • Dow Jones 17 776,12 / -200,19 (-1,11%)
  • S&P 500 2 067,89 / -18,35 (-0,88%)
  • NASDAQ 4 900,88 / -46,56 (-0,94%)

----------------

En petite baisse pendant l'essentiel de la séance, la Bourse a accéléré ses pertes au cours de la dernière heure.

«Les échanges deviennent de plus en plus instables», a souligné Alan Skrainka, de Cornerstone Wealth Management. «Hier, l'enthousiasme avait largement dominé, dans l'idée que la Chine prendrait des mesures de soutien monétaire, mais aujourd'hui, on est revenus à la réalité (...) et certains investisseurs ont pris leurs bénéfices.»

Comme souvent à la fin d'un trimestre, la Bourse a enregistré des fluctuations importantes, qui peuvent s'expliquer par la volonté de certains acteurs, notamment les fonds d'investissement, d'équilibrer leurs positions pour pouvoir afficher de bonnes performances sur l'ensemble de la période, par exemple en vendant des titres qui ont nettement baissé depuis janvier.

Dans ce contexte, peu d'éléments d'actualité ont réellement pesé sur les cours, et les investisseurs restaient frileux «avant le rapport de vendredi sur l'emploi et la saison de résultats d'entreprises qui suivra», comme l'a noté Dan Greenhaus, de BTIG.

Le rapport de Washington sur l'emploi dominera en effet la semaine, même si la Bourse, fermée vendredi, ne pourra y réagir que la semaine suivante. Les investisseurs seront particulièrement attentifs à l'évolution des salaires, qui fait partie des éléments surveillés par la Réserve fédérale (Fed) pour décider d'une éventuelle hausse de ses taux, actuellement proches de zéro.

Sur ce plan, les experts de Briefing ont cité comme facteur de baisse des propos de Jeffrey Lacker, président de l'antenne de Richmond de la Fed, «qui a défendu une hausse en juin des taux», alors que les marchés espèrent que l'institution ne prenne qu'après l'été cette mesure et tarde ainsi à retirer un important soutien à l'économie.

Ils ont cependant pris garde de préciser que cette information, à laquelle sont venus s'ajouter dans la journée des indicateurs plus ou moins positifs sur l'immobilier et le moral des ménages, ne suffisait pas à «expliquer le déclin d'ensemble» de la Bourse.

Teck chute

Dans le détail des valeurs, le secteur de l'énergie pâtissait d'un nouvel accès de faiblesse des cours du pétrole, dans la perspective d'un éventuel accord entre l'Iran et les grandes puissances, réunis à Lausanne.

Les deux grandes majors américaines, Chevron et ExxonMobil, ont respectivement perdu 1,80% à 104,98 dollars, et 0,74% à 85,00 dollars.

Également dans les matières premières, le groupe minier Teck a chuté de 10,64% à 17,38 dollars, après avoir démenti des «informations de presse» sur un projet de fusion avec le Chilien Antofagasta.

Le câblo-opérateur américain Charter Communications a bondi de 5,30% à 193,11 dollars, après avoir annoncé le rachat pour quelque dix milliards de dollars de son concurrent Bright House Networks, qui n'est pas coté, dans un contexte de consolidation du secteur après le mariage prévu des deux premiers acteurs du pays, Comcast(-0,25% à 56,47 dollars) et Time Warner Cable (+0,41% à 149,88 dollars).

La compagnie immobilière CBRE Group a gagné 6,32% à  dollars, après l'annonce du rachat d'une filiale de Johnson Controls spécialisée dans les équipements et services pour les bureaux, dont la maison-mère a pris 1,22% à 50,44 dollars.

Le groupe informatique IBM, qui compte investir trois milliards de dollars dans l'internet des objets, a reculé de 1,33% à 160,50 dollars.

L'assureur Endurance Specialty, qui va racheter le réassureur Montpelier Re (+0,76% à 38,44 dollars) pour près de deux milliards de dollars, a baissé de 4,91% à 61,14 dollars.

Le marché obligataire avançait légèrement. Vers 20H30 GMT, le rendement des bons du Trésor à 10 ans baissait à 1,928% contre 1,954% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 2,543% contre 2,553% précédemment.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer