Wall Street peu inspirée par Apple

Les courtiers de Wall Street attendent avec impatience... (PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS)

Agrandir

Les courtiers de Wall Street attendent avec impatience la présentation, entourée du plus grand secret, qu'Apple organise à partir de 13h00.

PHOTO BRENDAN MCDERMID, REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
New York

La Bourse de New York a terminé dans le rouge mardi, les nouveautés présentées par Apple ne parvenant pas à insuffler suffisamment de vigueur sur le marché.

---------------

Les marchés à la clôture :

  • TSX +27,42 (0,18%) à 15 536,81
  • Dow Jones -97,55 (-0,57%) à 17 013,87
  • S&P 500 -13,10 (-0,65%) à 1 988,44
  • NASDAQ -40,00 (-0,87%) à 4 552,29

----------------

Les courtiers de Wall Street attendaient avec une grande impatience la conférence du géant informatique et ont visiblement «été un peu déçus», a commenté Jack Ablin de BMO Private Bank. «Les investisseurs se sont habitués à ce que cette entreprise présente des produits révolutionnaires et tout ce qui ne s'en rapproche pas suffisamment est un désenchantement», a-t-il estimé.

Le titre d'Apple a pourtant grimpé de près de 5% juste après la présentation de sa montre connectée, permettant au Nasdaq, dont il est le composant le plus important, de passer en territoire positif pendant quelques minutes.

Mais l'action de la marque à la pomme a finalement terminé en baisse de 0,38%.

Les autres grands noms du secteur technologique ont aussi souffert, à l'instar de Twitter (-2,67% à 50,61 dollars), Facebook (-1,57% à 76,67 dollars) ou Amazon (-3,68% à 329,75 dollars).

Seul Microsoft est parvenu à tirer son épingle du jeu en terminant en hausse de 0,62% à 46,76 dollars.

La place new-yorkaise a par ailleurs été marquée par un certain manque de conviction de la part des courtiers. Alors que le S&P 500 a clôturé la semaine dernière sur un nouveau record, «le marché ne dispose pas d'éléments l'incitant à monter encore plus haut», a remarqué Sam Stovall de S&P Capital IQ.

«À défaut de pouvoir se reposer sur des données capables de faire bouger les indices, les investisseurs gardent à l'esprit l'idée que les taux d'intérêt pourraient bientôt remonter, ce qui les incite à rester prudents», a-t-il estimé.

Le rendement des bons du Trésor à 10 ans est d'ailleurs monté à 2,500% contre 2,469% lundi soir, et celui des bons à 30 ans à 3,233% contre 3,223% à la précédente clôture.

McDo affecté par la Chine

Le groupe alimentaire General Mills a reculé de 0,64% à 53,17 dollars après avoir annoncé l'acquisition de Annie's pour 820 millions de dollars. L'action de ce spécialiste de l'alimentation bio s'est envolée de 37,57% à 46,10 dollars.

La chaîne de restauration rapide McDonald's, dont les ventes en août ont été lourdement pénalisées par le scandale de la viande avariée en Chine, a lâché 1,52% à 91,09 dollars.

Le spécialiste du bricolage Home Depot, qui a confirmé lundi qu'il y avait bien eu une intrusion de pirates informatiques dans ses systèmes de paiement, s'est déprécié de 2,08% à 88,93 dollars.

Les valeurs bancaires étaient à la peine après l'annonce par la Réserve fédérale de règles sur les fonds propres plus strictes que celles en place dans le reste du monde: Bank of America a perdu 1,28% à 16,14 dollars, Citi 1,52% à 51,26 dollars, JPMorgan Chase 1,39% à 59,06 dollars, Morgan Stanley 2,73% à 33,91 dollars et Goldman Sachs 1,50% à 177,40 dollars.

L'action du libraire en difficulté Barnes & Noble s'est en revanche adjugé 2,95% à 24,09 dollars. Le groupe a fait part d'une baisse de son chiffre d'affaires trimestriel de 7% sur un an, mais est parvenu à réduire ses pertes.




Les plus populaires : Affaires

Tous les plus populaires de la section Affaires
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer