Frappe de l'UPAC: Frank Zampino et Bernard Trépanier arrêtés

L'ancien président du comité exécutif de la Ville... (Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse)

Agrandir

L'ancien président du comité exécutif de la Ville de Montréal, Frank Zampino.

Photo Edouard Plante-Fréchette, archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une importante frappe de l'Unité permanente anticorruption (UPAC) a été menée mardi matin dans la grande région de Montréal dans le cadre de l'enquête Fronde.

Bernard Trépanier... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, ARCHIVES LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Bernard Trépanier

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Robert Marcil... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 1.1

Agrandir

Robert Marcil

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

La police a procédé à des arrestations en lien avec un système de partage de contrats d'ingénierie à la Ville de Montréal. Sept personnes ont été cueillies à leur résidence et l'UPAC a lancé un mandat d'arrestation pour une huitième personne, Bernard Poulin. Ce dernier s'est livré lui-même à la police mardi après-midi. 

Les accusés sont l'ancien président du comité exécutif Frank Zampino, l'ancien collecteur de fonds du parti Union Montréal, surnommé Monsieur 3%, Bernard Trépanier, l'ex-haut fonctionnaire montréalais Robert Marcil, ainsi que cinq personnes issues de grandes firmes de génie-conseil dont Bernard Poulin et Dany Moreau de SM, Kazimierz Olechnowicz et Yves Théberge (Cima +), Normand Brousseau (HBA Teknika).

Dany Moreau... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Dany Moreau

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Kazimierz Olechnowicz... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse) - image 2.1

Agrandir

Kazimierz Olechnowicz

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Ces personnes sont accusées de fraude, de corruption dans les affaires municipales, d'abus de confiance et de complot, en lien avec un système de partage de contrats octroyés par la Ville de Montréal entre 2001 et 2009.

Six d'entre elles sont présentement au quartier général de la Sûreté du Québec à Montréal. Au terme d'une rencontre avec les enquêteurs, elles devraient être relâchées avec promesse de comparution. La date prévue est le 8 novembre prochain.

Ces arrestations s'effectuent dans le cadre du Projet Fronde. Cette enquête a démarré en 2009 et s'est d'abord attardée au scandale des compteurs d'eau qui a servi de catalyseur pour élargir à d'autres volets notamment celui du partage des contrats publics. Ce volet a démarré en 2014 et concerne une trentaine de contrats de services professionnels.

Selon l'UPAC, un réseau de firmes de génie-conseil, de fonctionnaires municipaux et d'un élu, aurait élaboré un système permettant de se partager entre eux des contrats publics (d'une valeur de 160 millions) en échange de financement politique, de ristournes sur la valeur des contrats. Certaines personnes auraient également bénéficié d'avantages personnels. 

L'UPAC a obtenu la collaboration des employés du Bureau du contrôleur général de Montréal pour ce volet de l'enquête. Le projet Fronde se poursuit. C'est ce qui explique que l'UPAC n'émet aucun commentaire.

L'enquête Fronde concerne également le contrat des compteurs d'eau; le financement illégal du défunt parti politique de l'ancien maire Gérald Tremblay, Union Montréal; la collusion pour financer les Championnats du monde de natation de la FINA en 2005 ; ainsi qu'un cinquième volet qui n'est pas public jusqu'à maintenant.

---

Les accusés

Frank Zampino était le bras droit de l'ex-maire Gérald Tremblay. Il a occupé les fonctions de président du comité exécutif de Montréal de 2001 à 2008. Il subit présentement son procès pour fraude dans le scandale immobilier Faubourg Contrecoeur.

Bernard Trépanier, également accusé dans le dossier Contrecoeur, doit subir un procès séparé compte tenu de son état de santé. M. Trépanier a été le responsable du financement au sein d'Union Montréal. Il est surnommé Monsieur 3 % à cause de la commission de 3 % qu'il aurait exigée auprès des entreprises qui obtenaient des contrats avec Montréal.

Robert Marcil était directeur des travaux publics à la Ville de Montréal. Devant la commission Charbonneau, M. Marcil a reconnu avoir transmis des informations privilégiées à un entrepreneur mais a nié avoir participé de son plein gré à un quelconque système collusionnaire. M. Marcil a été radié un an de l'Ordre des ingénieurs.

Bernard Poulin est la tête dirigeante de SM. 

Dany Moreau est le vice-président de SM.

Kazimierz Olechnowicz est l'ex-pdg de la firme CIMA+. Devant la commission Charbonneau, M. Olechnowicz a reconnu avoir financé le Parti libéral du Québec par l'intermédiaire du collecteur de fonds, Marc Bibeau.

Yves Théberge est un ex-ingénieur de CIMA+. M. Théberge est l'une des 37 personnes arrêtées dans le cadre du scandale à Laval, appelé Honorer, et qui a conduit l'ex-maire Gilles Vaillancourt derrière les barreaux. M. Théberge a plaidé coupable en juillet dernier.

Normand Brousseau est un ex-employé de la firme HBA-Tecnika. Il est présentement interrogé dans les bureaux de la SQ de Drummondville.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer