Dalila Awada poursuit une ex-candidate du PQ

Dalila Awada... (Photo: Ninon Pednault, archives La Presse)

Agrandir

Dalila Awada

Photo: Ninon Pednault, archives La Presse

Dalila Awada, cette jeune femme musulmane qui est allée à Tout le monde en parle l'automne dernier pour défendre le port du voile, vient d'intenter une poursuite en diffamation de 120 000$ contre Philippe Magnan, Louise Mailloux et la Société des amis de Vigile.net.

Mme Awada les accuse d'avoir véhiculé des mensonges à son sujet et d'avoir attisé la haine à son endroit. Elle soutient qu'ils l'ont présentée comme une manipulatrice à la solde d'intégristes musulmans.

M. Magnan serait l'auteur du blogue postedeveille.ca. Mme Mailloux est professeure de philosophie au Cégep du Vieux Montréal, féministe et militante pour la laïcité, qui a publié La laïcité, ça s'impose, et Une charte pour la nation

Mme Mailloux a aussi été candidate pour le Parti québécois dans la circonscription de Gouin. La Société des amis de Vigile.net gère le site web Vigile.net, qui est administré par Richard Le Hir et qui est axé sur la souveraineté.

La poursuite est pilotée par l'avocate bien connue Anne-France Goldwater. Dans le document déposé au palais de justice de Montréal, Mme Awada se décrit comme une étudiante en sociologie et militante féministe. Elle soutient que dans les jours suivant sa participation à Tout le monde en parle, le 29 septembre dernier, une vidéo intitulée «Qui est Dalila Awada? Ce qu'elle ne nous a pas dit à Tout le monde en parle», a été mise en ligne sur YouTube. Mme Awada dit qu'on la dépeint comme oeuvrant pour le réseau islamiste québécois et qu'on l'associe à des organismes comme Présence Musulmane, Congrès islamique canadien, Ligue islamiste mondiale, les Frères musulmans et le Forum canadien musulman.

Mme Awada affirme n'avoir aucun lien avec ces organismes. Elle déplore aussi qu'on l'accuse d'avoir «infiltré» la Fédération des femmes du Québec.»

D'autres vidéos

Mme Awada signale que dès que les propos se sont propagés, elle a commencé à recevoir des messages haineux, notamment sur sa page Facebook. D'autres vidéos auraient été mises en ligne sous un pseudonyme, Watsilavit. Un enquêteur privé a été embauché pour découvrir l'identité de cette personne, lit-on dans la poursuite. Il s'agit de M. Magnan.

Mme Awada recense les écrits et vidéos qui, selon elle, ont attisé la haine à son endroit. On y retrouve également des propos que Mme Mailloux a tenus à l'émission de Denis Lévesque, à TVA, alors que les deux femmes discutaient de leurs positions respectives, en octobre dernier.

Harcèlement

Depuis octobre, Mme Awada estime avoir souffert de harcèlement psychologique. Elle affirme avoir été la cible d'insultes et de messages haineux, de s'être fait traiter de terroriste et d'avoir perdu des amis. Elle aurait souffert d'insomnies, de palpitations cardiaques et de maux de tête. Déprimée, elle a abandonné sa session universitaire d'automne, mais elle était de retour pour la session d'hiver, a confirmé l'étudiante de 24 ans, lundi.

Mme Awada assure qu'elle n'intente pas la poursuite pour l'argent. Si elle gagne, la somme serait versée à la Fondation Paroles de femmes. Cet organisme n'existe pas encore, mais Mme Awada s'affaire ces jours-ci à le créer avec deux autres personnes, soit Haroun Bouazzi, coprésidents de l'Association des Musulmans et Arabes pour la laïcité au Québec, et Andréanne Pâquet, qui a organisé l'exposition Ce qui nous voile. L'organisme vise à favoriser la prise de parole des femmes issues des minorités, notamment des femmes musulmanes.

Réduire au silence

Mme Mailloux considère que cette poursuite vise à les réduire au silence. Elle rejette les «accusations de racisme et de xénophobie à l'égard des militants laïques».

«On a décidé d'attaquer sur le plan juridique pour nous réduire au silence, pour nous intimider, nous isoler. Ce qui est en cause ici, c'est la liberté d'expression, la liberté de participer à un débat public», a indiqué Mme Mailloux.

Le site postedeveille.net se réjouissait lundi de cette poursuite, qualifiée de «jihad juridique» et d'«excellente nouvelle», car cela permettra d'exposer la situation à un plus large public.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer