Le gardien du cégep faisait de la «provocation», dit Adil Charkaoui

Adil Charkaoui à son arrivée en cour, jeudi.... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Adil Charkaoui à son arrivée en cour, jeudi.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le prédicateur Adil Charkaoui a témoigné pour sa défense jeudi à son procès pour voies de faits et agression armée contre un agent de sécurité du Cégep Maisonneuve. Il a nié avoir bousculé l'agent et soutenu que c'est ce dernier qui faisait de la «provocation».

Lors de la dernière journée d'audience, le gardien Édit Joseph avait raconté sa version de ce qui s'était passé le soir du 21 février 2016, lorsqu'il est entré dans un gymnase du cégep où avait lieu une partie de soccer. 

Selon lui, après qu'il eut commencé à observer le groupe, M. Charkaoui l'avait intimidé, lui avait donné des coups d'épaule, l'avait agrippé à deux mains par le bras et s'était placé «dans une position de combat» en lui demandant: «Tu vas faire quoi si je ne te lâche pas?». Il lui aurait ensuite donné «deux ou trois» coups avec une porte de gymnase.

Dans son témoignage à la cour ce matin, M. Charkaoui a nié avoir agrippé ou bousculé l'agent. Il dit lui avoir demandé d'aller s'asseoir parce qu'il dérangeait la partie. «Il y avait une part d'arrogance et de provocation de la part de cet agent de sécurité», a-t-il raconté. Il dit avoir ensuite voulu fermer la porte mais en avoir été empêché par le gardien qui a glissé son pied dans l'embrasure.

M. Charkaoui dit avoir craint que le gardien de sécurité soit atteint d'un ballon, ce qui aurait pu provoquer un «traumatisme crânien».

«La personne est venue s'exposer à un danger», dit-il.

Trois autres joueurs qui participaient à l'activité avec M. Charkaoui sont venus appuyer son témoignage en utilisant des termes comme «provocation», «intimidation», «domination» et «arrogance» pour décrire l'attitude de l'agent de sécurité.

«Il avait un air comme s'il avait quelque chose contre nous», a déclaré Bilel Monongo.

Le procès se poursuivra le 23 juin.




publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer