Procès Boulachanis: il fallait battre un témoin et lui passer un message, raconte un ex-détenu

John Boulachanis est accusé d'un meurtre commis en août... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

John Boulachanis est accusé d'un meurtre commis en août 1997. La victime, Robert Tanguay, a été abattue et enterrée dans une sablière de Rigaud.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un ex-détenu chargé de battre et d'intimider un témoin dans la cause de John Boulachanis a pris l'argent et prétendu avoir fait le travail, en 2014, alors que c'était faux.

« J'ai dit à John qu'on avait rencontré le gars à la sortie d'un bar, qu'on lui avait crissé une volée et qu'il braillait. Je lui ai dit une histoire qu'on avait inventée. John était bien content. Plus j'en beurrais épais, plus il était content », a raconté Dave, hier, alors qu'il témoignait au procès de Boulachanis, au centre judiciaire Gouin.

Dans le cadre de ce « contrat », Dave affirme avoir rencontré Amanda Jones, conjointe de Boulachanis, à trois reprises, au Centre Rockland et au Marché Central, à l'automne 2014. La première fois, elle lui a donné 120 $ pour son « déplacement » et lui a refilé des informations sur l'homme qu'il devait retrouver et battre. Dave a inscrit dans son téléphone l'ancienne adresse de l'individu, ainsi que d'autres renseignements inscrits sur un papier que Mme Jones avait en sa possession. Elle ne voulait pas qu'il prenne le papier, a-t-il dit.

Lors d'une deuxième rencontre, Mme Jones lui a remis la photo de sa cible, photo qu'elle avait glissée dans un magazine. 

« Elle m'a dit de faire ma job et que j'aurais d'autres jobs après. Je devais dire au gars de fermer sa gueule dans Acosta et de payer ses dettes. » - Dave

Lors de la troisième et dernière rencontre, Mme Jones lui a remis 250 $. Il était chargé d'aller lancer un cocktail Molotov avec un message, à l'écurie de sa cible.

« PAS LE BON GARS À FAIRE CHIER »

Dave a su où demeurait l'individu en question. Il a aussi appris que ce n'était « peut-être pas le bon gars à faire chier », a-t-il dit. Celui-ci avait une femme, des enfants, et ce n'était pas le gars à ne pas payer ses dettes, disait-on. Certes, il avait commis des crimes, mais il avait payé sa dette à la société. Estimant qu'on essayait de lui en « passer une vite », Dave a décidé de toucher l'argent en faisant croire à Boulachanis qu'il avait fait le travail. Il est à noter qu'à ce moment-là, Boulachanis était en prison, en attente de son procès actuel. Il est en effet accusé d'un meurtre commis en août 1997. 

La victime, Robert Tanguay, a été abattue et enterrée dans une sablière de Rigaud. Son cadavre a été retrouvé quatre ans plus tard. Deux hommes ont déjà été condamnés pour ce crime et ont témoigné au procès de Boulachanis. Ils affirment que Boulachanis était avec eux au moment du meurtre. Ce serait même Boulachanis qui aurait eu l'idée de tuer Tanguay, selon un des deux témoins. Ce témoin est justement l'homme qui devait être battu et intimidé par Dave. Un autre détenu, dont nous ne pouvons publier le nom, a servi de courroie de transmission entre Boulachanis et Dave dans cette histoire de contrat.

Le procès devant jury se poursuit aujourd'hui.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer