Procès de John Boulachanis: l'accusé «en bobettes» avec la femme de la victime

John Boulachanis est accusé d'avoir tué avec préméditation Robert Tanguay,... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

John Boulachanis est accusé d'avoir tué avec préméditation Robert Tanguay, le soir du 9 août 1997, pour ensuite l'enterrer dans une sablière de Rigaud, en présence de deux complices.

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Au lendemain de la disparition de Robert Tanguay, le 10 août 1997, l'épouse de ce dernier, était dans sa chambre, en « bébé doll », en compagnie de John Boulachanis qui, lui, était « en bobettes ».

C'est ce que Louise Tanguay, soeur de feu Robert Tanguay, a raconté au procès de John Boulachanis, lundi. Ce dernier est accusé d'avoir tué avec préméditation M. Tanguay, le soir du 9 août 1997, pour ensuite l'enterrer dans une sablière de Rigaud, en présence de deux complices. Le cadavre a été découvert quatre ans plus tard. M. Boulachanis est jugé par un jury, au Centre des services judiciaires Gouin.

Louise Tanguay se souvient bien de la dernière fois où elle a vu son frère en vie. C'était le 9 août 1997, en fin d'après-midi, alors qu'il s'était arrêté chez leur père, Rock Tanguay, à Rigaud. « Robert est entré chez notre père, il a fait un appel, il parlait en paraboles. Et puis il a dit : "'fais-toi s'en pas, mon père te mangera pas"' », a raconté Mme Tanguay, lundi matin, devant le jury. Selon ce témoignage, Robert a ensuite signalé qu'on s'en venait le chercher. Il avait des problèmes avec son quatre roues. Son père a offert d'aller le conduire où il voulait aller, mais Robert a refusé, réitérant qu'ils s'en venaient le chercher.

Peu de temps après, une voiture de gros modèle, de couleur foncée, a effectivement monté la colline pour venir au domicile du père de Robert Tanguay. Ce dernier a été surpris de voir la personne qui conduisait la voiture. « Le visage de Robert a changé », a raconté le témoin, qui dit avoir reconnu un homme, que nous appellerons Max, puisque son nom est frappé d'une ordonnance de non-publication.

« Mon frère a dit à Max : "c'est pas supposé d'être toi" », a relaté le témoin.

Robert Tanguay est tout de même parti en voiture avec Max, et Louise ne l'a jamais revu. Cette dernière a expliqué qu'à l'époque, son frère fréquentait Max, un autre homme dont le nom est aussi frappé d'une ordonnance de non-publication, ainsi que Boulachanis. Elle savait que son frère était dans les vols d'autos avec eux, et trouvait que ce n'étaient pas de bonnes fréquentations.

C'est donc le lendemain de cet incident, que Louise Tanguay a décidé de se rendre chez son frère Robert Tanguay, pour inviter l'épouse de celui-ci, Dominique Drouin, à une fête. « En arrivant, j'ai cogné à la porte, qui avait un moustiquaire. J'ai vu un homme en bobettes, qui m'a fait signe : une minute. Il sortait de la chambre à Robert et Dominique. Il a mis un jeans et est venu répondre en enfilant son chandail. Dominique est sortie de la chambre. Elle portait un "bébé doll" presque transparent. »

Mme Tanguay dit qu'elle était déstabilisée par ce spectacle, d'autant plus que son frère avait disparu. Elle a tout de même invité sa belle soeur à la fête, qui devait avoir lieu le samedi suivant. Dominique est allée à la fête. Robert n'était pas là, puisqu'il était disparu.

Le procès se poursuit en après-midi.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer