Complot contre VIA Rail: Esseghaier et Jaser coupables

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser... (Photo Alexandra Newbould, Archives La Presse Canadienne)

Agrandir

Chiheb Esseghaier et Raed Jaser

Photo Alexandra Newbould, Archives La Presse Canadienne

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Diana Mehta
La Presse Canadienne
TORONTO

Les deux hommes accusés d'avoir comploté pour faire dérailler un train de passagers entre New York et Toronto ont été reconnus coupables par un jury, vendredi à Toronto, de huit des neuf chefs d'accusation liés au terrorisme qui pesaient contre eux.

Chiheb Esseghaier, 32 ans, et Raed Jaser, 37 ans, étaient accusés de complot, au profit d'un groupe terroriste, «afin de commettre le meurtre de personnes inconnues» et «afin de nuire aux moyens de transport dans le but de compromettre la sécurité». Ils étaient aussi accusés de deux chefs de «participation ou contribution» à une activité d'un groupe terroriste. Esseghaier était enfin accusé d'un cinquième chef - «avoir chargé une personne de se livrer à une activité au profit d'un groupe terroriste».

Les jurés ont livré des verdicts de culpabilité pour toutes ces accusations sauf sur l'un des deux chefs de complot terroriste retenus contre Jaser: celui de «nuire aux moyens de transport dans le but de compromettre la sécurité». C'est donc sur ce chef d'accusation que les jurés n'auront pas pu s'entendre.

Les deux hommes connaîtront leur peine le 10 avril; la peine maximale pour ces crimes est la prison à vie.

Plus tôt vendredi, au dixième jour de leurs délibérations, les 12 membres du jury avaient annoncé au juge Michael Code qu'ils s'étaient entendus sur l'un des deux verdicts qui ne faisaient toujours pas l'unanimité jusqu'ici. Ils ont alors demandé au magistrat s'ils pouvaient prononcer leurs huit verdicts unanimes, et être libérés de leurs obligations pour le neuvième. Le juge Code a précisé que si les jurés ne parvenaient vraiment pas à s'entendre à l'issue de délibérations supplémentaires, le tribunal aurait en effet le pouvoir d'accepter leurs huit verdicts unanimes, et de déclarer une impasse pour le dernier chef.

Plus tard en après-midi, les jurés sont revenus avec leurs huit verdicts unanimes de culpabilité, et le juge a accepté de mettre fin à leurs délibérations. Après l'annonce des verdicts, il les a remerciés pour leur «travail déterminé, diligent et consciencieux».

Le jury avait déjà indiqué mercredi qu'il était parvenu à un verdict unanime sur tous les chefs retenus contre l'un des deux accusés, mais qu'il ne réussissait pas à s'entendre sur certains chefs retenus contre l'autre. Le juge Code avait alors renvoyé les jurés à leur isolement, en les pressant de parvenir à un verdict unanime sur tous les chefs d'accusation.

Au procès, amorcé le 2 février, la Couronne avait plaidé que la preuve d'écoute électronique était «accablante» contre les deux hommes. L'avocat de Jaser a décrit en plaidoiries finales son client comme un escroc voulant soutirer de l'argent à ses deux présumés complices, et non comme un djihadiste aux sombres desseins. Esseghaier, lui, rejetait la tenue même de ce procès, qui ne se déroulait pas sous le sceau du Coran - il a d'ailleurs refusé d'être représenté par un avocat.

Au moment de son arrestation, en avril 2013, Esseghaier, d'origine tunisienne, était étudiant au doctorat à l'UQAM. Il travaillait et étudiait à l'Institut national de la recherche scientifique, à Varennes, en Montérégie. Jaser, résident permanent canadien d'origine palestinienne, vivait en banlieue de Toronto.

Esseghaier est resté impassible lorsqu'il a entendu les jurés annoncer leur verdict. Il a répété calmement qu'il n'avait pas participé au procès et qu'il ne s'exprimerait pas non plus lors des audiences sur la détermination de peine.

Jaser semblait plus perturbé, fixant le plafond et couvrant son visage avec sa main droite. Son père, qui était dans la salle, semblait bouleversé.

À l'extérieur, l'avocat de Jaser a affirmé que son client était déçu de la décision du jury. «Il demeure résiliant et fort. Il a toujours confiance en nous et au système de justice», a affirmé John Norris, ajoutant qu'il pourrait porter sa cause en appel.

«Je les décrirais comme des dangers publics selon les preuves que nous avons entendues», a souligné le procureur de la Couronne Croft Michaelson après l'annonce du verdict. Me Michaelson a par ailleurs remercié les autorités américaines pour leur contribution importante dans l'enquête, qui a duré des mois avant leur arrestation.

Le témoin-vedette de la Couronne était cet agent d'infiltration de la police fédérale américaine (FBI) qui était parvenu à gagner la confiance des deux hommes, récoltant plusieurs aveux de leur part qu'il a soigneusement enregistrés. Le jury aura entendu 25 heures de ces conversations que l'agent a eues avec les suspects à l'époque.

Esseghaier et Jaser disaient clairement qu'ils avaient planifié l'attaque pour se venger contre l'intervention militaire du Canada au Moyen-Orient. Esseghaier expliquait à son interlocuteur que l'assassinat de femmes et d'enfants était justifié pour «préserver la religion».

Dans son plaidoyer final présenté par écrit, Esseghaier «conseillait» d'ailleurs aux jurés d'appliquer les règles du Coran dans leur vie en vue du «jugement dernier».

«Je salue le verdict du jury et j'accueille la décision rendue par la cour dans le cadre de cette affaire troublante. Ce procès a démontré, une fois de plus, que la menace du terrorisme est bien réelle», a écrit le ministre de la Sécurité publique Steven Blaney dans un communiqué publié vendredi après-midi.

Le ministre a une fois de plus rappelé la nécessité d'adopter le projet de loi antiterroriste du gouvernement conservateur.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer