Gab Roy condamné à 18 mois de prison

Gab Roy, à son arrivée au palais de... (PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE)

Agrandir

Gab Roy, à son arrivée au palais de justice de Montréal, ce matin.

PHOTO MARTIN CHAMBERLAND, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-blogueur et humoriste Gab Roy a plaidé coupable ce matin à des accusations de leurre et d'attouchements sexuels à l'égard d'une mineure. L'homme de 34 ans a écopé une peine de 18 mois de prison avec une probation de deux ans. Il s'agissait d'une suggestion commune des parties.

M. Roy, qui avait apporté une grosse valise rouge en prévision de son séjour en prison, a pris le chemin des cellules peu après. Cette semaine, par le biais d'un blogue, il avait annoncé qu'il plaiderait coupable aujourd'hui. Avec un gros cigare aux lèvres, il avait reconnu ses torts. Ce matin, il est arrivé au palais de justice accompagné de son père.

La procureure de la Couronne Roxanne Laporte a brièvement résumé les faits, au bénéfice de la juge Sylvie Durand. Roy comptait l'adolescente sur sa liste de fans. Au cours d'échanges avec elle, par le biais de la webcam, Roy lui a demandé de se dévêtir et de se masturber. Il a fait de même. Il a aussi amené la jeune fille dans un motel de Mascouche, où ils ont eu une relation sexuelle complète. 

Me Laporte a mentionné qu'il s'agissait d'une situation unique. M. Roy n'est pas un prédateur, et n'a jamais utilisé la violence pour parvenir à ses fins. Il a profité de sa popularité pour abuser d'une adolescente vulnérable, a fait valoir la procureure. Celle-ci a lu une lettre émanant de la victime, et qui relatait les conséquences néfastes que cette relation a eu sur sa vie.

Les faits sont survenus entre mars et octobre 2010, alors que Roy connaissait une certaine popularité sur le web par le biais de son blogue. Ironiquement, c'est le web qui a causé sa chute, l'an dernier. Au printemps, la victime, qui avait 15 ans au début de leur interaction, a mis en ligne une vidéo dans laquelle elle dénonçait Roy et décrivait ce qu'il lui avait fait. Elle avait le visage caché, mais montrait des pancartes qui racontaient son histoire.

«Après m'avoir ajouté sur MSN, tu m'as fait sentir comme la plus belle. Tu m'as demandé de te montrer mes seins», pouvait-on lire notamment. 

Roy a emmené la jeune fille dans un motel du chemin Gascon, à Mascouche. «Après avoir abusé de moi, tu m'as donné 100$ pour prendre un taxi. Je me suis sentie comme une pute», ajoutait-elle. Quelques jours après la publication de cette vidéo, Gab Roy avait annoncé sur son blogue qu'il se retirait de la sphère publique. Il avait fermé ses sites Facebook et Twitter. Il faut dire qu'il faisait face également à une poursuite de 300 000 $, intenté par la comédienne Mariloup Wolfe. Cette poursuite, qui a été réglée hors cour depuis, concernait des écrits de Roy, dans lesquels il disait vouloir violer la comédienne.

Son avocate, Me Diane Chartier, a fait valoir ce matin que M. Roy a voulu régler le dossier le plus rapidement possible, et qu'il avait démontré de l'empathie pour la victime. L'avocate a signalé que Roy a connu une brutale descente aux enfers, et qu'il peine à trouver un emploi et des ressources. Il est père de deux enfants.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer