Jocelyn Dupuis coupable de fraude

Jocelyn Dupuis... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Jocelyn Dupuis

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'ex-DG de la FTQ-Construction, Jocelyn Dupuis, a été déclaré coupable vendredi, en Cour du Québec, de fraude et fabrication de faux.  «La négligence de la victime [FTQ-Construction] ne constitue pas une défense», a fait valoir le juge Denis Lavergne.

Les faits reprochés s'étaient produits entre décembre 2007 et novembre 2008. M. Dupuis avait présenté des rapports de dépenses totalisant 225 000 $ pour ces 11 mois. Il a été établi qu'il avait gonflé des factures et en avait fabriqué de toutes pièces pour au moins 63 279 $. M. Dupuis n'a pas témoigné pour sa défense, mais son avocat, Me Jean-Daniel Debkoski  avait fait valoir que son client était autorisé à faire toutes ces dépenses. La FTQ-Construction n'a d'ailleurs jamais porté plainte.  

Des témoins de la FTQ-Construction appelés par la défense, notamment Alain Pigeon et Rénald Grondin, ont soutenu que M. Dupuis était honnête, qu'il avait toujours agi pour le bien des travailleurs. Selon eux, M. Dupuis payait de sa poche ici et là, et il se faisait rembourser des dépenses qu'il avait véritablement effectuées pour les travailleurs. Il s'agissait en quelque sorte d'une méthode comptable de remboursement de dépenses. Ils soutenaient aussi que tous les membres du Comité exécutif étaient au courant. Mais le juge Lavergne n'a pas relevé de preuve à cet effet.

M. Dupuis aurait pu payer ces dépenses avec la petite caisse, ou avec une carte de crédit de la FTQ-Construction, a relevé le juge.  Il utilisait plutôt ses cartes de crédit personnelles. Si ces dépenses étaient autorisées, pourquoi les camoufler avec de fausses factures, s'interroge-t-il?

«Au vu du contexte, cette proposition soutenant que les comptes préparés et réclamés par le défendeur correspondent à des dépenses qu'il a réellement engagées dans l'exécution et dans l'intérêt des travailleurs, défie le bon sens, la logique et la raison. Elle ne saurait soulever quelque doute raisonnable», a noté le juge.

Le juge a aussi tenu compte du fait que lorsque les allocations de dépenses somptueuses de M. Dupuis ont été révélées publiquement, la fausse facturation a cessé.

Le procureur de la Couronne Jacques Dagenais reconnaît qu'il est un peu «étrange» que le syndicat n'ait pas réagi devant la fausse facturation du directeur général. «Ça se passait en 2008, il n'y avait aucun contrôle. Le comptable [Rolland Brillon] était l'employé de M. Dupuis. Il approuvait et il payait M. Dupuis. Après cela, c'était le désert complet», a noté Me Dagenais. Il y avait toutefois des vérificateurs, mais eux non plus n'ont jamais dit un mot, alors qu'il s'agissait de sommes considérables.

«Il y avait des factures de repas jusqu'à 2000 $ pour deux personnes», a relevé le procureur. Me Dagenais n'a pas voulu parler de la peine qu'il envisage de demander. Des discussions à ce sujet auront lieu entre les parties. Celles-ci reviendront devant le juge le 21 octobre, pour voir s'il y a une entente. Sinon, les représentations pourraient n'avoir lieu qu'en février 2015, vu l'encombrement du rôle.  

M. Dupuis n'a pas fait de commentaire en sortant. Son avocat n'a pas écarté la possibilité d'aller en appel. «Tout est envisagé», a-t-il dit.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer