Lise Thibault a été acculée à la ruine à la fin de son mandat

Lise Thibault... (PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL)

Agrandir

Lise Thibault

PHOTO PATRICE LAROCHE, ARCHIVES LE SOLEIL

Patrice Bergeron
La Presse Canadienne
Québec

Lise Thibault considère avoir été acculée à la ruine à la fin de son mandat et après son divorce.

L'ancienne lieutenant-gouverneure n'a pas pu encore réprimer ses sanglots mercredi à son procès pour fraude et abus de confiance au palais de justice de Québec.

L'interrogatoire de son avocat Marc Labelle l'a amenée à décrire son sort après sa chute en 2007, loin du faste et de l'aisance financière qu'on pourrait imaginer pour une représentante de la Reine qui gagnait pourtant environ 100 000 $ par an, en plus d'une subvention fédérale annuelle de 140 000 $ et de 4800 $ en allocations du Gouvernement du Québec.

Au terme de son deuxième mandat qui n'a pas été renouvelé, elle a été laissée à elle-même par l'État, estime-t-elle, sans garde du corps ou personnel d'entretien, ni aucun système de sécurité, dans son domicile de Saint-Hippolyte. Et en outre, elle avait à finaliser des procédures de divorce avec son mari René Thibault. Or, quand on est lieutenant-gouverneur, on ne divorce pas comme un simple citoyen, a-t-elle lâché, «les juges abusent de nous-autres», et a fortiori, son mari était négociateur en chef de la Société de transport de Montréal (STM), a-t-elle tenu à préciser.

Elle a dit avoir alors dépensé 70 000 $, avoir épuisé sa marge de crédit et vendu des REER. «Je me suis retrouvée démunie, avec une petite retraite (annuelle) de 30 000 $, avec des dettes, une garde-robe remplie de vêtements», a-t-elle déclaré au juge Carol St-Cyr, la voix étreinte par les pleurs.

Elle a déclaré avoir dû «tout vendre» pour être capable de garder sa maison de Saint-Hippolyte, qui avait été considérée comme la résidence officielle du lieutenant-gouverneur par le fédéral du temps où elle était en fonction. «J'ai eu jusqu'à 500 000 $ de REER. (...) Il m'en reste à peine 100 000 $.»

Pendant son mandat, elle payait son hypothèque à même son salaire, a-t-elle néanmoins assuré. Mais un salaire de 100 000 $ par an est vite dépensé, a-t-elle argué: «Enlevez les vêtements, le chauffage, etc, il te reste juste de quoi manger tes rôties le matin.»

Mais le versement de la subvention fédérale annuelle lui a malgré tout permis d'acquérir un terrain de 45 000 $ derrière sa propriété pendant son mandat, a-t-elle confirmé.

Résidence à Beaupré

En après-midi, Thibault a confirmé avoir fait fi des mises en garde du ministère du Patrimoine canadien à propos de ses dépenses. C'est un des enjeux au coeur des accusations: la résidence qu'elle louait à son propre garde du corps Guy Hamelin, une dépense de 600 $ par mois, puis plus tard 800 $, qu'elle facturait au fédéral, de 2003 à 2007, alors que le gouvernement du Québec lui accordait déjà 4000 $ en allocations de logement.

Une fonctionnaire fédérale, Michelle Ouellette-Rogers, l'avait prévenue qu'elle «pourrait être critiquée», mais la lieutenant-gouverneure a passé outre l'avertissement, pour pouvoir vivre ce qui ressemble à une vie de famille, avec les enfants de son garde du corps.

L'ex-lieutenant-gouverneure a aussi contesté les 5700 $ qu'on lui reproche d'avoir payés en viande de boucherie au Bifthèque, dépenses facturées à Patrimoine canadien. Elle se rappelle d'être allée chercher de la viande trois ou quatre fois, d'en avoir «peut-être» commandée, d'en avoir offert deux fois en mangeant chez son garde du corps Guy Hamelin, mais c'est tout.

«Je suis très mal à l'aise. Il me semble que c'est un coût exorbitant. Je n'ai pas dépensé 5000 $ au Bifthèque. (...) Le montant, je ne me l'explique pas.»

Elle confirme pourtant que c'est avec sa carte de crédit que les gardes du corps payaient la viande.

«Arrêt de mort»

Par ailleurs, Thibault estime qu'elle a signé son propre «arrêt de mort» avec le décret autorisant une enquête sur son administration.

Elle a d'abord rappelé que c'était elle qui avait demandé une vérification sur la gestion de son cabinet, au beau milieu d'une controverse médiatique sur ses dépenses. Elle avait adressé une lettre à la vérificatrice générale de l'époque au fédéral, Sheila Fraser, et au premier ministre Jean Charest.

Selon ses mots, elle voulait ainsi notamment appuyer «son» premier ministre qui s'apprêtait à déclencher des élections - qui ont finalement eu lieu au printemps 2007. Or, quand le décret instituant l'enquête est arrivée pour qu'elle le sanctionne, quelle ne fut pas sa surprise de constater que l'enquête ne s'étendait pas sur une seule année, comme elle le voulait, mais sur sept années de son mandat.

Elle ne voulait toutefois pas accabler M. Charest quant au libellé du décret, puisqu'il avait bien d'autres soucis - «Pauvre monsieur Charest», a-t-elle résumé. Alors, elle s'est résignée et s'est fait une raison. «Entre sept ans et un an, j'ai toujours été la même. Cela a été mon arrêt de mort», a-t-elle toutefois conclu.

Journées remplies

Par ailleurs, elle a soutenu qu'elle avait des journées trop remplies pour prendre le temps de scruter attentivement les comptes de dépenses qu'on lui présentait pour fins de signature. Elle a démontré une mémoire encyclopédique des inscriptions à son agenda de l'époque, des noms des organismes et des personnalités, mais n'accordait donc aucune attention au libellé des factures.

Thibault a répété qu'elle ne faisait aucun suivi des procédures de facturation de ses dépenses au gouvernement fédéral. Elle a de nouveau reproché à l'administrateur de son cabinet, André Labrecque, son incurie - «Ce n'était pas un administrateur».

Quand Me Labelle lui a demandé si elle faisait autre chose que de simplement signer les formulaires de facturation présentés par M. Labrecque, elle a répondu: «Non, absolument pas, mes journées étaient tellement remplies»

L'avocat de Thibault devrait avoir terminé son interrogatoire en matinée jeudi. Par la suite, le procureur de la Couronne, Marcel Guimond, entreprendra le contre-interrogatoire de l'accusée.

Selon les vérificateurs généraux du Québec et du Canada, au cours de ses 10 ans en poste, Lise Thibault a dépensé environ 700 000 $ de façon injustifiée pour des voyages, des fêtes, des repas, des leçons de golf et de ski, ainsi que des cadeaux.

L'ancienne représentante de la reine au Québec a multiplié les recours devant les tribunaux pour éviter d'être traduite en justice. En 2012, elle a été déboutée en Cour d'appel du Québec sur la question de l'immunité royale totale. Par la suite, en mai 2013, la Cour suprême du Canada a refusé d'entendre sa cause.




Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer