Peine de 10 ans pour un violent agresseur sexuel récidiviste

Alexandre Aubin... (PHOTO D'ARCHIVES)

Agrandir

Alexandre Aubin

PHOTO D'ARCHIVES

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Saint-Jérôme) Alexandre Aubin, l'auteur d'une violente agression sexuelle survenue en octobre contre une employée d'un salon de bronzage de Terrebonne, a plaidé coupable mercredi au palais de justice de Saint-Jérôme.

Le juge Michel Belhumeur s'est rendu à la suggestion commune des avocats et a condamné l'homme de 29 ans à 10 ans de prison. Aubin a écopé de 9 ans de pénitencier pour l'agression de Terrebonne et d'une autre année pour une autre agression survenue au printemps 2012. Le magistrat a ordonné qu'il soit inscrit à vie au registre des délinquants sexuels et qu'il fournisse un échantillon d'ADN.

Le soir du 2 octobre, peu avant 22 h, Alexandre Aubin, un résidant de Terrebonne, s'est présenté au salon de bronzage Blu Sky Tan, rue Laurier. Selon le ministère public, il a attaqué l'employé de 21 ans qui s'y trouvait, l'a trainée dans une cabine de bronzage où il l'a agressée sexuellement pendant près de deux heures. Frappée au visage, la victime est tombée inconsciente.

Au matin, Aubin a mis la jeune femme dans le coffre de sa propre voiture et s'est rendu chez son ex-copine, à qui il a dit qu'il venait de commettre un vol qui a mal tourné. Il s'est enfui avec la voiture.  

L'ex-copine a avisé des proches de l'accusé, qui ont retracé Aubin et la voiture en bordure d'un boisé de la rue Rodrigue. Ils ont alerté les policiers. Au même moment, la victime a réussi à sortir du coffre et à s'enfuir avec sa voiture. Elle a croisé la voiture de police dépêchée sur les lieux et s'y est réfugiée.

Aubin a été localisé en fin d'après-midi dans la cour arrière d'une résidence du secteur. Il n'a pas résisté à son arrestation.

Blessée au visage et aux mains, la victime a dû subir des chirurgies et se remet difficilement de cette sauvage agression.

Alexandre Aubin a aussi plaidé coupable à une autre agression sexuelle armée commise un an et demi plus tôt, en mars 2012, à Mascouche.

Selon la défense, les deux victimes étaient au courant de la sentence suggérée par les procureurs et en étaient satisfaites.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer