Parodie porno: le matricule 728 débouté en cour

La juge Hélène Le Bel a rejeté ses... (Image tirée de YouTube)

Agrandir

La juge Hélène Le Bel a rejeté ses arguments en tenant compte du fait que Stéfanie Trudeau (photo) s'est fait connaître dans la sphère publique pour des gestes faits en tant que policière.

Image tirée de YouTube

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

N'en déplaise à Stéfanie Trudeau, cette policière qui a défrayé la manchette à plusieurs occasions en 2012, le film érotique 728 agente XXX sera diffusé.

La policière connue sous son numéro de matricule 728 a été déboutée en Cour supérieure hier. Elle tentait d'obtenir une ordonnance permanente pour interdire la diffusion du film pornographique parodique qui, selon elle, «portait atteinte à [sa] dignité et [sa] vie privée».

Elle réclamait 100 000$ en dommages compensatoires et punitifs, et que toute référence au nombre «728» soit retirée du film.

La juge Hélène Le Bel a rejeté ses arguments en tenant compte du fait que Stéfanie Trudeau s'est fait connaître dans la sphère publique pour des gestes faits en tant que policière.

«Un policier [...] est un fonctionnaire public, quelqu'un qui est investi d'une autorité particulière, indique la magistrate dans le jugement rendu hier. Qu'on puisse prétendre soustraire une telle personne à la critique ou au commentaire [...] en invoquant la notion de l'atteinte à la vie privée semble pour le moins étonnant.»

Liberté d'expression et mérite artistique

La juge a ajouté que la liberté d'expression permet la critique ou la contestation de ceux qui nous gouvernent ou qui se trouvent en position d'autorité, comme les policiers, que ce soit par les manifestations ou la parodie, notamment.

Quant au caractère pornographique du film, qui a par ailleurs été approuvé par la Régie du cinéma, la cour considère qu'il ne lui appartient pas d'apprécier le «mérite artistique» ou de sanctionner une parodie qui serait de mauvais goût.

La policière soutenait que son image avait été utilisée à des fins commerciales sans son autorisation. Mais la juge a retenu que le film ne mentionne pas son nom et ne montre pas de photo d'elle. Mme Trudeau alléguait toutefois que la référence à son matricule 728 permettait de l'identifier.

Encore là, la juge a souligné que ce matricule ne fait pas partie de sa vie privée, mais relève de sa fonction publique et qu'il évoque des gestes commis dans la sphère publique.

Stéfanie Trudeau s'est fait connaître pendant le conflit étudiant grâce à une vidéo devenue virale sur les réseaux sociaux où elle poivrait des manifestants.

En octobre 2012, elle avait de nouveau été filmée lors d'une arrestation musclée. L'histoire avait fait grand bruit en raison des propos tenus par l'agente qui expliquait à son supérieur avoir arrêté des «gratteux de guitare», des «platoniciens du nowhere» et des «carrés rouges», entre autres. À la suite de cet épisode, elle avait été suspendue.

Dans la foulée, la boîte AD4 Distribution Canada Inc. avait annoncé la sortie d'un film pour adultes inspiré des scandales impliquant la policière.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer