Collision entre deux petits avions à Saint-Bruno: un apprenti pilote tué dans l'accident

  • Un des appareils s'est écrasé dans le stationnement du centre commercial et l'autre sur le toit d'un magasin. (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

    Plein écran

    Un des appareils s'est écrasé dans le stationnement du centre commercial et l'autre sur le toit d'un magasin.

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

  • 1 / 13
  •  (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 2 / 13
  •  (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

  • 3 / 13
  •  (PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO PATRICK SANFAÇON, LA PRESSE

  • 4 / 13
  • Des pompiers sur le toit du centre commercial. (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Des pompiers sur le toit du centre commercial.

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 5 / 13
  •  (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 6 / 13
  •  (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 7 / 13
  •  (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

  • 8 / 13
  • Le nom de l'école de pilotage Cargair apparaît sur la queue de l'avion qui se trouve dans le stationnement. (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le nom de l'école de pilotage Cargair apparaît sur la queue de l'avion qui se trouve dans le stationnement.

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 9 / 13
  • L'école de pilotage Cargair se trouve à proximité du centre commercial, à l'aéroport de Saint-Hubert. (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    L'école de pilotage Cargair se trouve à proximité du centre commercial, à l'aéroport de Saint-Hubert.

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 10 / 13
  •  (PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE)

    Plein écran

    PHOTO SIMON GIROUX, LA PRESSE

  • 11 / 13
  •  (Photo LCN)

    Plein écran

    Photo LCN

  • 12 / 13
  • Un des deux appareils s'est écrasé dans le stationnement du centre commercial. (PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE NICHOLAS DUMONT)

    Plein écran

    Un des deux appareils s'est écrasé dans le stationnement du centre commercial.

    PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK DE NICHOLAS DUMONT

  • 13 / 13

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une collision en plein ciel entre deux petits avions pilotés par des élèves a été fatale à l'un d'entre eux, vendredi midi, sur la Rive-Sud.

Les pompiers sont intervenus sur le toit du... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Les pompiers sont intervenus sur le toit du centre commercial pour secourir le second pilote.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Les appareils se sont percutés au-dessus des Promenades St-Bruno. L'un s'est abîmé dans le stationnement du centre commercial, blessant deux piétons. L'apprenti pilote de 21 ans, qui était seul à bord, n'a pas survécu à l'écrasement.

L'autre avion est tombé sur le toit de l'édifice, près du magasin Simons. Le jeune homme de 23 ans qui était aux commandes a été blessé, mais on ne craint pas pour sa vie.

Le centre commercial a aussitôt été évacué, à cause des risques d'incendie posés par l'essence s'échappant de l'appareil accidenté sur le toit.

Les deux aéronefs impliqués dans la collision, des Cessna 152, appartenaient à l'école de pilotage Cargair, située à l'aéroport de Saint-Hubert, où les deux jeunes hommes suivaient des cours.

La mairesse de Longueuil Caroline St-Hilaire a visité... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

La mairesse de Longueuil Caroline St-Hilaire a visité les lieux durant l'après-midi.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Venus de Chine

Des sources ont confirmé à La Presse qu'ils étaient venus de Chine pour apprendre à piloter et qu'ils avaient obtenu tout récemment l'autorisation de voler seuls. L'école Cargair reçoit de nombreux pilotes chinois, parfois envoyés par leur gouvernement pour suivre leur formation.

Selon les conversations radio entre la tour de contrôle de l'aéroport et les apprentis pilotes, l'un des appareils décollait tandis que l'autre se préparait à atterrir. Le contrôleur aérien a demandé à plusieurs reprises à l'avion qui s'approchait de la piste de maintenir son altitude, sans obtenir de réponse (voir autre texte).

Le Bureau de la sécurité des transports (BST) fédéral a dépêché une équipe d'enquêteurs sur les lieux pour tenter de déterminer les causes de l'accident, avec la police de Longueuil.

Les carcasses tordues des deux avions se trouvaient toujours sur les lieux hier soir, et les policiers ne pouvaient dire quand elles seraient enlevées, ni quand le centre commercial rouvrirait ses portes.

Condoléances

La direction de Cargair n'a donné aucune information au sujet des victimes. En après-midi, des employés quittaient les locaux sans répondre aux questions des médias. Des élèves ont reçu une lettre de l'école leur demandant de ne pas téléphoner ni se rendre sur les lieux, et que les activités étaient suspendues jusqu'à lundi.

En fin d'après-midi, la direction a publié un communiqué dans lequel elle offre ses condoléances aux familles et aux personnes touchées par l'événement, en ajoutant qu'elle ne ferait aucun commentaire. 

« Nous concentrons actuellement nos efforts au soutien de nos employés et aux étudiants qui font tous partie de la grande famille Cargair », a souligné Josée Prud'homme, présidente de l'école de pilotage, qui a ajouté que Cargair collaborait activement à l'enquête du BST

« J'aimerais adresser mes condoléances aux familles touchées », a déclaré le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux, en marge d'un rassemblement de nature économique au centre-ville de Montréal.

Le premier ministre Philippe Couillard a été mis au courant de l'accident aérien hier après-midi. « On doit avant tout penser aux victimes, aux blessés et aux gens qui étaient aux Promenades Saint-Bruno, qui certainement ont dû être très inquiets », a-t-il déclaré en mêlée de presse, à l'issue d'un événement organisé par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain, avec le gratin du milieu des affaires du Québec.

Questionné sur la pertinence d'avoir un aéroport en pleine zone habitée, Philippe Couillard n'a pas remis en question l'existence de l'aéroport de Saint-Hubert. « Il va y avoir une enquête du Bureau de la sécurité des transports [du Canada]. Il peut s'agir d'une erreur de pilotage, de bien des choses. On est dans une grande zone métropolitaine, il va toujours y avoir une sécurité aérienne, notamment de petits avions. Maintenant, l'enquête va nous indiquer quels sont les événements et ce qui est arrivé. »

« Gros boum »

Nicholas Dumont était en train de manger au restaurant La Belle et la Boeuf au moment de l'impact. « J'ai entendu le gros boum, on pensait que c'était deux voitures qui s'étaient rentrées dedans dans le stationnement. Mais une fois à la fenêtre, on a bien vu qu'un avion était tombé », a-t-il raconté à La Presse.

« Il est vraiment tombé du ciel, je voyais juste la queue de l'avion, le reste, c'était de la chiffonnade », a-t-il dit.

Une jeune mère qui se rendait aux Promenades St-Bruno a assisté aux dernières secondes avant l'écrasement.

« Je conduisais ma voiture sur l'autoroute 30 près du centre d'achats. À ma droite, j'ai vu un avion qui piquait du nez à vive allure. Je pensais que c'était un exercice. Mais cinq secondes plus tard, il y a eu un deuxième avion qui tombait lui aussi, puis un gros morceau, qui semblait être une aile. »

Jonathan Littler, 21 ans, un employé du Canadian Tire des Promenades St-Bruno, était dans le stationnement lorsqu'un bruit croissant de moteurs lui a fait lever les yeux au ciel. « J'ai vu l'impact. Je me suis dit : "Ce n'est vraiment pas normal." Il n'y a pas eu de gros bruit, pas d'explosion ou de flammes. Juste quelques petits débris. Les deux avions sont tombés et j'ai appelé immédiatement le 9-1-1. J'ai couru à travers la neige et le parking pour essayer de faire quelque chose. Des gens regardaient pour voir s'il y avait une victime, mais il n'y avait rien à faire rendu là, c'était un avion écrasé. » 

L'autre appareil, qui est tombé sur le toit d'un magasin, avait disparu de son champ de vision.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer