Le corps d'une octogénaire découvert sept jours après sa mort

La résidence Chartwell Oasis Saint-Jean n'a pas respecté... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

La résidence Chartwell Oasis Saint-Jean n'a pas respecté sa propre règle de vérifier l'état d'un résidant après trois repas manqués. Jeannine Benjamin a manqué une vingtaine de repas consécutifs sans que le personnel s'alarme.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRéCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le personnel d'une résidence pour aînés de Saint-Jean-sur-Richelieu a mis sept jours avant de découvrir qu'une de ses locataires, une octogénaire, était morte dans sa chambre.

Le corps de Jeannine Benjamin, 85 ans, a été découvert en « état de putréfaction avancée » dans son appartement de la résidence Chartwell Oasis Saint-Jean, le 14 mai 2015, explique un coroner dans un rapport qui vient d'être rendu public. « Les extrémités sont noirâtres, et le corps est bleuté », peut-on y lire.

L'absence de la vieille dame à une vingtaine de repas consécutifs - inclus dans le loyer et qu'elle prenait toujours à la même table et avec les mêmes personnes - n'a pas éveillé les soupçons des employés. Pas plus que le journal abandonné, qu'elle avait pourtant l'habitude de cueillir en personne à la réception. Pas plus que la fatigue et le manque d'appétit dont elle se plaignait, le jour de sa mort, avant de se retirer vers son appartement.

« C'est assez incroyable qu'on n'ait pas pensé une seule seconde que cette femme ait pu avoir un problème. Les mots me manquent pour décrire l'horreur et le drame. »

- Paul Brunet, du Conseil pour la protection des malades

APPEL D'UN PROCHE

« C'est malheureux », a déploré hier son beau-frère Roger Talbot à La Presse. Mme Benjamin était veuve et n'avait pas d'enfants.

« Comme j'essayais de l'appeler de soir, je tombais toujours sur une entreprise qui prenait les messages pour la résidence, a-t-il expliqué. Au bout de quelques jours, j'ai décidé de téléphoner le matin et j'ai pu parler à un employé de la résidence. On m'a dit qu'ils allaient passer la voir et me redonner des nouvelles. » Un policier l'a rappelé avec la mauvaise nouvelle.

Une autre résidante aurait aussi rapporté à une préposée, la veille de la découverte du corps, que Mme Benjamin était bien discrète depuis quelques jours. L'employée « n'a aucun souvenir de cela », selon le coroner.

« Il faut penser que la dame aurait pu être en difficulté ou disparue depuis sept jours. C'est ça que ça veut dire », a ajouté Paul Brunet.

DES CONSIGNES VIOLÉES

« C'est une série d'erreurs qui se sont produites », a déploré André-H. Dandavino, qui a fait enquête sur le décès de Mme Benjamin. Le coroner a précisé que Mme Benjamin serait fort probablement morte peu importe les mesures prises, mais que sa dépouille aurait pu être découverte beaucoup plus rapidement. Et qu'il faut protéger les autres résidants.

La résidence Chartwell Oasis Saint-Jean ne respectait pas ses propres règles en matière de vérification des présences aux repas.

« Après trois repas manqués, la consigne est d'appeler le service aux soins pour se renseigner sur l'état du patient. »

- Extrait du rapport du coroner André-H. Dandavino

L'alerte aurait donc dû être donnée après une journée. Mais « les présences n'étaient pas faites de façon structurée et complète », a-t-il ajouté en entrevue. Le nom de Mme Benjamin ne figurait de toute façon pas sur la liste de la cafétéria.

Il a ajouté que, dans une résidence pour personnes autonomes et semi-autonomes comme le Chartwell Oasis Saint-Jean, il faut atteindre un équilibre entre la protection des résidants et la liberté d'aller et venir dont ils veulent jouir.

LA RÉSIDENCE S'INTERROGE

André-H. Dandavino a recommandé à la résidence de s'assurer que les règles de sécurité mises en place soient respectées et d'ordonner aux employés de mieux rapporter tout changement dans le mode de vie des résidants.

Impossible de savoir si c'est le cas. La directrice générale de l'établissement, Johanne Parent, a affirmé hier n'avoir « aucune information » à ce sujet.

Les relations de presse du groupe Chartwell ont envoyé un courriel général à La Presse : « Nous prenons très au sérieux les recommandations du coroner et nous cherchons toujours à comprendre ce qui s'est passé afin de nous assurer que nous offrons continuellement les meilleurs soins et services possible », a écrit Patricia Lemoine, chargée des communications.

- Avec Gabrielle Duchaine, La Presse

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer