Exclusif

Aspirant Hells Angel et employé du Port de Montréal

Roger Bishop (au centre, en kangourou, avec des... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Roger Bishop (au centre, en kangourou, avec des lunettes) portait sa veste de «prospect» de la section Nord de Toronto lorsque La Presse l'a photographié aux funérailles du Hells Angel Lionel Deschamps célébrées à Repentigny en novembre 2015.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Un motard en voie de devenir membre en règle des Hells Angels est au nombre des 800 débardeurs du Port de Montréal, a appris La Presse.

Roger Bishop fils, 46 ans, est sorti de l'anonymat la semaine dernière lorsqu'il a échangé quelques mots avec un journaliste venu couvrir une perquisition policière dans un centre de conditionnement physique du chemin de Chambly, à Longueuil.

Selon nos informations, Bishop est actuellement «prospect», l'ultime étape durant laquelle un motard doit faire ses preuves durant au moins un an avant de devenir membre du club. Il pourrait devenir membre de la section South des Hells Angels dans quelques mois.

Le port de Montréal est, depuis des décennies, considéré par la police comme une importante porte d'entrée de la drogue dans la métropole.

En 2011, un rapport de l'Agence des services frontaliers du Canada que La Presse avait obtenu affirmait que le port de Montréal demeurait un haut lieu du crime organisé au pays. «Plusieurs groupes du crime organisé opèrent dans la région du port de Montréal. Des employés sont reliés à divers groupes du crime organisé, y compris des groupes italiens, les Hells Angels et le gang de l'Ouest. Ces groupes continueront de faciliter le passage de la contrebande», écrivaient les auteurs du rapport.

Longue absence

Dans une décision de la Commission des lésions professionnelles rendue en 2015 à la suite d'un accident de travail, Roger Bishop affirme être entré au Port de Montréal comme débardeur en 1991. Il dit avoir été absent durant plusieurs années avant de revenir au travail en 2014. Une liste disponible sur une application destinée aux débardeurs du Port de Montréal et accessible sur l'internet indique qu'il a travaillé pas plus tard que la semaine dernière. Son nom figure également sur la liste des syndiqués contenue dans la convention collective. Il a une carte qui lui permet d'avoir accès à tous les terminaux où on trouve des conteneurs. L'obtention de cette carte fait l'objet d'une révision - et d'un questionnaire de sécurité - tous les cinq ans.

«La sécurité est une priorité fondamentale, mais c'est une responsabilité que l'on assume avec d'autres instances», a déclaré la porte-parole du Port de Montréal, Mélanie Nadeau, qui nous a renvoyé à l'Association des employeurs maritimes, qui embauche les débardeurs, à Transports Canada, qui délivre les «habilitations de sécurité», et aux corps de police qui, selon elle, effectuent les enquêtes de sécurité sur les employés du Port.

«En général, les personnes qui doivent avoir accès aux zones réglementées d'un port désigné au Canada doivent obtenir une habilitation de sécurité qui repose sur un programme rigoureux de vérification des antécédents par le Service canadien du renseignement de sécurité (SCRS), par la Gendarmerie royale du Canada (GRC) et, au besoin, par Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada», a réagi Daniel Savoie, de Transports Canada.

«Lorsque Transports Canada dispose de renseignements dignes de foi indiquant qu'un demandeur ou un détenteur d'une habilitation présente un risque pour la sécurité des transports, le Ministère intervient sans délai pour refuser, suspendre ou retirer l'habitation de la personne concernée», affirme M. Savoie

Mais à la GRC à Montréal, une porte-parole a déclaré que vraisemblablement, personne avec ce nom et cette date de naissance n'a fait l'objet d'une demande de recherche, puisqu'une telle personne n'a pas de cote de sécurité à la GRC.

À l'Association des employeurs maritimes et au Syndicat des débardeurs SCFP, section locale 375, nos appels ont été sans réponse.

Relié aux Hells depuis 2006

Dans une décision de la Régie des alcools concernant le bar Laser, on peut lire que dès 2006, Bishop était considéré comme une relation des Hells Angels et arborait dans son véhicule un autocollant soutenant le groupe. Le document indique aussi qu'en sortant d'un bar, en novembre 2005, il a été vu discutant avec un membre des Hells Angels, Claude Pépin.

Selon nos informations, avant d'être «prospect» pour la section South au Québec, Roger Bishop a été «hang around» pour la section de London, en Ontario, «prospect» pour la section Nord de Toronto et «prospect» pour les Nomads de l'Ontario, récemment dissous.

D'après certaines sources, Bishop serait proche des membres de la section South Frédéric Landry-Hétu et Rock Delaney. Il aurait également été proche du membre de Montréal Kenny Bédard, tué dans une collision routière au Nouveau-Brunswick en juillet dernier. Il a alors assisté à ses funérailles.

Roger Bishop, un résidant de Brossard, serait très influent sur la Rive-Sud de Montréal, notamment au quartier DIX30. Il aurait été vu régulièrement dans les établissements avec permis d'alcool de la Rive-Sud en compagnie de membres des Hells Angels, de leurs clubs-écoles ou de certaines de leurs relations.

***

Pour joindre Daniel Renaud en toute confidentialité, composez le 514 285-7000, poste 4918, ou écrivez à l'adresse postale de La Presse.

Des criminels dans les ports

Donald Matticks, 53 ans, Fils de Gerald Matticks - mort en 2015 - et neveu de Richard Matticks, chefs du gang de l'Ouest

Décembre 2002 : Alors qu'il était contremaître au Port de Montréal, il a été arrêté avec 13 autres individus pour avoir fait entrer au pays 33 000 kg de résine de cannabis et 265 kg de cocaïne entre décembre 1999 et février 2001. La drogue avait une valeur totale d'environ 2 milliards de dollars.

Janvier 2005 : Après avoir plaidé coupable à 14 chefs de complot et d'importation de drogue, il a été condamné à huit ans de pénitencier.

Lorne Beerworth, 52 ans, Ancien vérificateur au Port de Montréal

Avril 2012 : Arrêté par la GRC lors de l'opération Celsius visant un groupe d'individus liés au gang de l'Ouest et au clan Dubois qui ont tenté d'importer au Canada 43 tonnes de haschisch - évaluées à 860 millions  - par bateau et train, entre 2009 et 2012.

Octobre 2013 : Après avoir plaidé coupable à une accusation de complot, il est condamné à 19,5 mois de prison.

Michel Rose, 61 ans, Ancien membre des Nomads, défunt club d'élite des Hells Angels de Montréal

Rose avait des contacts dans le Port de Montréal avant d'être arrêté dans l'opération Printemps 2001.

Accusé de complot pour meurtre, de trafic de stupéfiants et de gangstérisme, il a été condamné à 22 ans de pénitencier.

Lundi, un commissaire aux libérations conditionnelles lui a permis de retourner vivre avec sa famille.

Larry Ronald Amero, 39 ans, Membre de la section de West Point des Hells Angels en Colombie-Britannique

Arrêté en novembre 2012 dans l'opération Loquace de la SQ.

Accusé d'importation de drogue, de trafic de stupéfiants, de complot et de gangstérisme. La cause est toujours devant les tribunaux.

A commencé à travailler au Port de Westminster, en Colombie-Britannique, à l'âge de 16 ans et y est resté jusqu'en 2008. Il est toujours sur la liste du syndicat et il veut retourner y travailler comme débardeur après sa libération.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer