Francis Boucher conteste ses nouvelles accusations

Francis Boucher... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Francis Boucher

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

Francis Boucher conteste les accusations d'évasion et d'usurpation de personne portées contre lui. Le fils de l'ancien chef des Nomads, Maurice Boucher, qui s'est rendu hier soir après une cavale de trois jours, a comparu cet après-midi au Palais de justice de Montréal.

Boucher, 39 ans, a été accusé d'évasion de garde légale, de liberté illégale et d'usurpation d'identité. Il est resté impassible dans le box des accusés, jetant un coup d'oeil rapide vers l'assistance et les nombreux journalistes qui l'attendaient.

L'enquête sur remise en liberté du détenu dans ce nouveau dossier a été fixée à lundi, pour la forme. Elle ne procédera pas car Boucher doit d'abord terminer la sentence qu'il purgeait avant de quitter la prison de Bordeaux dans des circonstances retentissantes lundi et qui se terminera à la fin mai. Mais déjà son avocat, Me Dimitrios Strapatsas, a annoncé ses couleurs pour la prochaine date d'audience.

«M. Boucher ignorait qu'il était recherché durant un certain temps. Dans son esprit, on l'a invité à sortir. Moi j'aurais fait la même chose. Lorsqu'il est sorti, on lui a même donné une carte professionnelle pour effectuer du bénévolat dans un endroit situé près de la prison. C'était autorisé jusqu'à un certain point. Il y a quelqu'un qui n'a pas fait son travail. Qui doit-on blâmer ?», a demandé l'avocat, en décochant quelques flèches à l'endroit des services correctionnels.

«Il existe visiblement de gros problèmes, un manque de ressources, de personnel. C'est le gouvernement qui doit prendre les mesures pour le bien-être de tout le monde», a dit le criminaliste, allant même jusqu'à parler de commission d'enquête.

Me Strapatsas a décrit une preuve volumineuse qui lui a été remise mais a refusé d'en donner le moindre détail sur le contenu. Il a dit ne pas savoir si son client était parti avec les objets personnels de l'autre détenu, Stéphane Boucher, dont il a pris la place, et si ces objets avaient été rendus à leur propriétaire.

Accompagné de son avocat et d'un journaliste, Francis Boucher s'est présenté peu avant minuit hier au Centre de détention de Montréal (Bordeaux). Il a ensuite été transporté au Centre de détention Rivière-des-Prairies où il a passé la nuit.

Boucher était sorti de la prison Bordeaux vers 11h lundi, après qu'un agent des services correctionnels l'eut confondu avec un autre détenu du même nom de famille.

L'agent en question a été relevé de ses fonctions avec solde en attendant la suite d'une enquête administrative sur toute cette affaire qui a rebondi à l'Assemblée nationale et soulevé un tollé dans la population.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer