Les Hells Angels quittent leur local de Chambly

Des membres des Hells Angels ont tenté de... (Photo Patrick Sanfaçon, La Presse)

Agrandir

Des membres des Hells Angels ont tenté de récupérer des objets qui se trouvent encore dans le local.

Photo Patrick Sanfaçon, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Daniel Renaud
La Presse

L'opposition énergique des autorités de la Ville de Chambly face à l'installation de membres des Hells Angels dans un local industriel de la municipalité de la Montérégie a finalement eu raison des intentions du club de motards; ces derniers ont en effet décidé de quitter les lieux.

Le propriétaire du bâtiment du boulevard Industriel où les motards avaient élu domicile, Gérard Thibault, n'a pas voulu commenter la situation en raison d'une entente de confidentialité, mais des documents de la municipalité indiquent que le bail entre le propriétaire et la compagnie d'importation de véhicules, qui louait le local fréquenté par les Hells Angels, a été annulé.

Selon nos sources, M. Thibault aurait rencontré les autorités municipales cette semaine pour annoncer que le bail a été résilié, et pour réclamer que ses anciens locataires puissent avoir accès au local pour récupérer leurs effets et demander à ce que les avis d'infraction qui lui avaient été envoyés soient annulés, nous a-t-on dit. La ville a accepté la première demande, mais n'avait plus aucun pouvoir pour la deuxième.

Depuis ce matin, l'interdiction d'accès au local situé au 2200, boulevard Industriel votée par les élus la semaine dernière est levée pour une semaine, de façon à permettre aux Hells Angels de vider le local. Cette décision a été prise hier soir, lors d'une séance spéciale du conseil municipal.

Avant que La Presse révèle la présence des Hells Angels dans ce local le mois dernier, la ville avait commencé à se débattre comme un diable dans l'eau bénite pour expulser les Hells Angels. Plusieurs avis d'infraction ont été envoyés à Gérard Thibault et le conseil municipal a adopté une résolution interdisant l'accès au local en raison des risques à la sécurité des personnes et des biens. La compagnie d'assurances, qui assurait les locaux du bâtiment, avait simultanément résilié les contrats.

Nouvelle tendance

Selon un rapport de la Sûreté du Québec, ce local, qui était occupé par les Hells Angels de la section de Montréal, la première réactivée au Québec depuis l'opération SharQc en avril 2009, était le seul local actif des Hells Angels dans la province.

Le rapport fait également état d'une nouvelle tendance des Hells Angels de partout au pays de louer des locaux plutôt que d'acheter des bâtiments, pour rendre leur fermeture et saisie plus difficiles.

Plusieurs observations policières ont été effectuées au local depuis le début de l'été et les limiers ont constaté la présence autour du local de membres et d'un prospect des Hells Angels, et d'un membre des Red Devils de Montréal, leur nouveau club-école.

Le maire de Chambly, Denis Lavoie, n'a pas voulu commenter le dossier lui non plus.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Actualités

Tous les plus populaires de la section Actualités
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer